Zagreb accuse MOL d’avoir « ruiné » INA

2014-05-14T11:48:05+00:00

Le groupe pétrolier et gazier hongrois MOL a fermement démenti mardi les accusations de Zagreb selon lesquelles la compagnie hongroise avait « ruiné » la pétrolière croate INA, qu’il contrôle depuis 2009. Lundi soir, le ministre croate de l’Economie Ivan Vrdoljak avait accusé MOL d’avoir ruiné INA et généré des pertes de plusieurs milliards d’euros à l’Etat croate, actionnaire à 44,84% de la compagnie.

Coup monté

« La dernière intervention médiatique du ministre (croate de l’Economie) ne peut être interprétée que comme un effort pour détourner l’attention de ses dernières réglementations, qui ont causé des pertes de plus de 1 milliard de kunas (131,7 millions d’euros) à INA », a indiqué MOL dans un communiqué envoyé à l’AFP. Une analyse faite pour le gouvernement croate par un consultant américain a fait état de pertes de 6,2 milliards de dollars (4,5 milliards d’euros) pour INA durant la période visée. MOL, qui détient 49,1% des parts d’INA, a qualifié ce rapport, qu’il dit ne pas avoir reçu, de « coup monté », estimant que « les chiffres qu’il présente sont tout bonnement erronés ». La prise de contrôle dans INA est très controversée en Croatie en raison de la condamnation en 2012 à 10 ans de prison pour corruption de son ancien Premier ministre Ivo Sanader. Il aurait reçu des pots-de-vin de 5 millions d’euros pour céder à MOL la gestion de la compagnie sans détenir la majorité du capital.

 

Partager