Areva réduit la voilure

2014-01-30T12:13:51+00:00

Areva adopte une stratégie prudente sur l’avenir encore incertain du marché de l’éolien offshore. En l’espace d’une semaine, le groupe français a annoncé la suppression de 160 postes dans deux usines en Allemagne et un accord de négociation exclusif avec l’espagnol Gamesa en vue de créer une joint-venture à 50/50. Areva entend maintenir ses ambitions dans l’éolien en mer mais estime devoir adapter son appareil productif aux conditions de marché.

Incertitudes

(c) Dong Energy

(c) Dong Energy

« Les incertitudes pesant sur le financement des énergies renouvelables en Allemagne se sont traduites par d’importants décalages dans le lancement effectif de projets éoliens en mer », a indiqué le groupe dans un message écrit transmis à l’AFP« Ces décalages affectent les projets auxquels Areva participe en tant que fournisseur de turbines » et se traduisent par une « baisse du plan de charge des sites entre mars 2014 et l’été 2015 » nécessitant de « réduire les effectifs » des sites de Bremerhaven et de Stade, dans le nord de l’Allemagne. Areva emploie actuellement 660 personnes en CDI dans l’éolien en Allemagne, où il avait notamment acquis le constructeur Multibrid en 2010. « A l’issue des négociations, les effectifs pourraient être ramenés à environ 500 employés sous contrat à durée indéterminée d’ici fin 2014 », indique le groupe. Les négociations avec le personnel ont débuté le 22 janvier. Areva indique « rester confiant » dans la croissance du marché éolien offshore allemand, alors que Berlin entame un tour de vis en matière de soutien aux énergies renouvelables. Selon le groupe français, 6,5 gigawatts d’éolien en mer devraient être opérationnels en Allemagne en 2020.

Dans ce cadre, les négociations avec Gamesa sont d’une importance cruciale. Le rapprochement avec la compagnie espagnole, qui a une forte expertise dans l’éolien terrestre, moins en mer, doit apporter des synergies offrant un avantage compétitif. Il permettra également de se partager les investissements et réduire les coûts. La co-entreprise poursuivra le plan industriel mené jusqu’ici par Areva en France et au Royaume-Uni, avec notamment la création d’une usine d’assemblage d’éoliennes et de fabrication de pales au Havre.

Partager