Bolivie : Total va investir 350 millions de dollars dans des projets gaziers

2015-05-22T10:58:41+00:00

En 2015, le groupe pétrolier français va investir 350 millions de dollars en Bolivie pour le développement de champs gaziers, « un montant supérieur à celui consacré l’an dernier, afin de compenser les gisements en déclin qui approvisionnent le marché brésilien », a-t-il annoncé. Le méga-gisement d’Incahuasi devrait entrer en production en 2016.

En 2014, le groupe avait investi une somme de l’ordre de 270 à 280 millions de dollars, a indiqué le directeur général du groupe en Bolivie, Loïc Laurandel, cité par l’agence de presse bolivienne, ABI. Associé au groupe énergétique russe Gazprom, Total exploite dans ce pays le gisement d’Azero et celui d’Incahuasi (Tecpetrol 20 % et Gazprom 20 %), tous deux situés dans le sud-est de la Bolivie.

La priorité du groupe français est l’exploration du gisement d’Incahuasi qui, selon de premières estimations, sera en mesure de produire à partir de 2016 aux alentours de 6,5 Mm3/j de gaz naturel, a également précisé Loïc Laurandel. Présenté comme « l’avenir de la Bolivie », ce champ va certainement compenser le déclin (des réserves) de San Alberto, San Antonio et Itaù, où Total est partenaire avec le (brésilien) Petrobras, ces blocs approvisionnant essentiellement le marché brésilien.

Selon les informations publiées par Total sur son site Internet, la spécificité du champ d’Incahuasi réside dans sa localisation : enfoui à 6 000 mètres sous terre dans le piémont andin, il nécessite la mise en œuvre de technologies haute pression/haute température (HP-HT). Il comprendra trois puits (un situé sur le bloc d’Aquio et deux situés sur le bloc Ipati), une usine de traitement de gaz et des gazoducs permettant de se connecter au réseau de transport de gaz existant.

La production bolivienne de gaz naturel s’élève actuellement à environ 60 Mm3/j, dont 31 millions sont destinés au marché brésilien, 18 millions au marché argentin et le reste à la consommation nationale. L’exportation d’hydrocarbures est stratégique pour la Bolivie, dont l’économie devrait croître de 5 % en 2015, soit un taux supérieur à ceux des pays voisins.

Source : AFP

Partager