Bourbon triple ses pertes à 279,6 millions d’euros en 2016

2017-03-17T11:35:02+00:00

Bourbon a affiché une perte de 279,6 millions d’euros en 2016 contre une perte de
76,6 M€ en 2015. L’année dernière, le groupe de services maritimes a réalisé un chiffre d’affaires de 1,102 milliards d’euros, en chute de 23,2 % par rapport à l’année précédente à 1,437 mrd€.

L’Ebitdar ajusté (excédent brut d’exploitation hors loyer coque-nue et plus values) a chuté de 30,1 % à 383 M€, et la marge opérationnelle ajustée a perdu 3,4 points à 34,7 %.

« L’industrie des services maritimes traverse la crise la plus aiguë de ces
40 dernières années du fait du fort ralentissement de l’activité pétrolière offshore »,
a commenté Jacques de Chateauvieux, le pdg de Bourbon, dans un communiqué publié le 16 mars 2017.

« Il s’agit donc d’avoir la volonté de s’adapter pour y faire face, mais aussi de mettre œuvre la transformation nécessaire de l’entreprise car demain ne sera pas un retour au modèle d’hier. », a poursuivi le dirigeant.

Les actions (…) menées en 2016 ont permis une réduction significative des coûts de 19 % par rapport à 2015. L’année dernière, 70,6 navires supply équivalent temps plein étaient désarmés, soit 29 % de la flotte supply.

Pour ce qui est de la branche Marine Services, le chiffre d’affaires est en recul de 25,9 % à 864,1 M€ contre 1,166 mrd€ en 2015, pour un résultat brut d’exploitation de -155,7 M€ comparé à un bénéfice de 41,5 M€ en 2015.

La baisse importante des activités de forage et la surcapacité de navires (dans le segment des Navires offshore profond) ont fortement affecté les taux d’utilisation (-14,7 points ) et les tarifs journaliers (-16,6 %), commente Bourbon dans le communiqué déjà cité.

La branche Subsea Services a réalisé l’année dernière un chiffre d’affaires de 217,2 M€ en baisse de 13,9 % par rapport à l’année précédente (252,3 M€). Elle achève l’exercice 2016 avec une perte de 6,6 M€ contre 22,7 M€ en 2015.

Pour ce qui est des perspectives, « des signaux positifs de relance des investissements E&P sont maintenant perceptibles dans l’onshore », analyse le groupe. La reprise dans l’offshore est plutôt attendue fin 2017 et en 2018.

Cependant, « une reprise progressive des travaux de maintien de production et de maintenance sur les champs existants se profile pour les prochains semestres ».

Dans ce contexte, Bourbon s’attend à « une continuité des progrès enregistrés dans les segments Subsea et Crew boats en termes de taux d’utilisation », mais « les segments navires Offshore profond et Offshore continental continueront à ressentir les effets de bas de cycle en 2017 ».

Image : Bourbon (navire Arctic Bourbon)

Partager