Brésil : Mise aux enchères du pré-salifère

2014-03-17T16:14:00+00:00

L’Agence Nationale brésilienne du Pétrole (ANP) met aux enchères aujourd’hui et demain 289 blocs pétroliers situés dans la « nouvelle frontière » inexplorée du nord/nord-est. Selon les autorités brésiliennes quelque 64 entreprises issus de 21 pays (un record) sont en lice pour obtenir le droit d’explorer et, le cas échéant, exploiter des réserves estimées par l’ANP à 9,1 milliards de barils.

Cinq ans d’attente

Concrètement, 166 blocs sont en mer dont 72 en eau profonde, et 123 sur terre, cumulant une surface de 155 800 kilomètres carrés dans 11 bassins sédimentaires. Cet appel d’offres se distinguent à d’autres égards. De nombreux blocs sont situés dans une dizaine d’états du nord où l’exploitation du pétrole est quasi-inexistante. « Nous voulons décentraliser la production de pétrole et de gaz au Brésil », explique à l’AFP Helder Queiroz, directeur de l’ANP. Autre particularité, l’appel d’offres mélange des bassins murs comme Potiguar (état du Ceara) avec ceux de la « nouvelle frontière » tel que Foz do Amazonas (état d’Amazonie) qui devrait être l’un des plus disputés.

Ce 11e appel d’offres est une bonne nouvelle pour les groupes pétroliers internationaux, curieux de vérifier depuis 2008 et les découvertes au large des états de Rio de Janeiro, Sao Paulo et Espirito Santo, le potentiel du pré-salifère. Il aura fallu cinq ans à Brasilia pour mettre en place le cadre réglementaire applicable à cet appel d’offres. La compagnie nationale Petrobras sera le seul opérateur des blocs pré-sal. Elle pourra naturellement s’associer avec des partenaires privés et étrangers mais gardera une participation minimum de 30%. Les partenaires devront investir au moins 1,5 milliard de dollars lors de la première phase d’exploitation des blocs (entre 5 et 8 ans). Pour le reste, les compagnies seront soumises au modèle de concession en vigueur depuis 1997. La question de la répartition des revenus du pétrole dans le pays et entre les états semble quant à elle toujours faire débat. Les résultats de l’appel d’offres sont attendus au mois d’août 2013.

Partager