Bretagne : Bourbon réalise la pose du câble sous-marin de l’hydrolienne Sabella D10

2015-06-15T15:50:14+00:00

BOURBON Sabella 10 24 - Câble entièrement dérouléLe spécialiste des services maritimes à l’offshore pétrolier et gazier a réalisé, à la fin du mois de mai dernier, la pose du câble électrique pour le raccordement de la première hydrolienne qui sera connectée au réseau électrique français. La machine Sabella D10 doit être immergée au large d’Ouessant, dans le passage du Fromveur, avant la fin de ce mois de juin.

Après deux semaines de préparation avec l’ensemble des acteurs du projet, les équipes de Sabella et de Bourbon ont réalisé, du 23 au 26 mail dernier, l’atterage, la pose et et l’ensouillage de 30 tonnes de câble (68 mm de diamètre) sur 2 km et jusqu’à 60 m de profondeur.

« Le faible coefficient de marée à cette période a permis d’éviter les forts courants », précise Bourbon. De plus, « les conditions de vent et de houle ont été propices au travail des plongeurs ainsi qu’au positionnement précis du navire pour déposer le câble dans un corridor étroit ».

Dans le cadre d’un contrat de service clé en main, Bourbon Offshore Surf a notamment mis à la disposition du projet le navire Argonaute (navire de soutien et d’avitaillement de 69 m de long et 15 m de large, disposant d’un système de positionnement dynamique), un ROV (robot sous-marin) de la série Falcon et une équipe de plus de 30 professionnels (ingénieurs, marins, pilotes de ROV et plongeurs).

« Fort de ses expériences dans les domaines de l’éolien et de l’hydrolien offshore, Bourbon se positionne en tant qu’intégrateur, poseur de câble sous-marins pour les énergies renouvelables », précise l’entreprise qui avait déjà participé, en 2011, à l’installation d’une éolienne flottante au large du Portugal. Une équipe dédiée du bureau d‘études de Bourbon accompagnera le suivi du projet au moment de l’immersion finale de l’hydrolienne prévue d’ici fin juin.

Première hydrolienne « 100 % made in France », Sabella D10 est un démonstrateur qui alimentera 15 % des besoins énergétiques de l’île d’Ouessant pendant 1 an. Les données remontées seront analysées et permettront à terme, si cela s’avère concluant, de produire en série de nouvelles hydroliennes plus puissantes, installées d’ici 2017. Une  » ferme pilote  » de trois machines de type Sabella D15 associées à un système de stockage d’énergie couvrirait alors 70 % des besoins en électricité d’Ouessant.

Photo : Sabella-Bourbon (le connecteur du câble électrique sur le pont de l’Argonaute).

 

Partager