Cessions d’actifs pour Statoil et Petrobras

2013-08-19T15:07:37+00:00

Statoil a annoncé lundi des cessions d’actifs « non stratégiques » en mer du Nord et dans l’océan Atlantique pour plus de 2,65 milliards de dollars (près de 2 milliards d’euros) à l’autrichien OMV. De son côté, le brésilien Petrobras a cédé des champs dans le Golfe du Mexique et l’est du Brésil, ainsi qu’une usine pétrochimique. Les deux groupes annoncent que ces ventes d’actifs serviront à financer des projets plus rentables.

Statoil garde le contrôle

Statoil vend des participations mais reste actionnaire majoritaire et opérateur.

Statoil vend des participations mais reste actionnaire majoritaire et opérateur. (c) Statoil

La compagnie norvégienne cède respectivement 19% et 24% dans deux champs pétro-gaziers de la mer du Nord, Gullfaks, déjà en exploitation, et Gudrun, qui doit démarrer en 2014. Dans les deux cas, la société descend à 51% et reste l’opérateur. Elle sort par ailleurs de deux champs dans l’Atlantique, à l’ouest des îles Shetland (Ecosse), dont il n’est pas l’opérateur: Schiehallion (BP) et Rosebank (Chevron). Le montant de ces transactions s’élève à 2,65 milliards de dollars auxquels pourrait s’ajouter un paiement d’environ 500 millions d’euros en fonction des performances de 2013.

Statoil, qui prévoit un gain compris entre 1,3 et 1,5 milliard de dollars, a expliqué vouloir débloquer « du capital pour investir dans des projets à fort rendement dans les régions stratégiques » y compris dans des « découvertes récentes sur le plateau continental norvégien ». Mais cela amputera aussi sa production d’hydrocarbures de 40 000 barils équivalent pétrole par jour (bep/j) en 2014 et de 60 000 bep/j en 2016 alors que la compagnie affichait une production totale d’un peu plus de 2 millions b/j en 2012. Son objectif est de l’élever à 2,5 Mbj en 2020. Dans ce cadre ambitieux, Statoil a annoncé la découverte d’un gisement de gaz et de condensats compris entre 25 et 47 Mbep récupérables en mer de Norvège. Le prospect baptisé Smoerbukk North est détenu par le norvégien à hauteur de 40,95% aux côtés de l’italien Eni (19,6%), de la société publique norvégienne Petoro (14,95%), de l’américain ExxonMobil (14,7%) et du français Total (9,8%). Il devrait pouvoir être rapidement mis en exploitation à partir d’infrastructures déjà existantes sur un champ d’hydrocarbures voisin, dénommé Aasgard.

10 milliards de cessions pour Petrobras

Petrobras a annoncé samedi dernier la vente pour 2,1 milliards de dollars (1,58 milliard d’euros) d’actifs dans le Golfe du Mexique dans le cadre de son plan de désinvestissement visant à accroître ses ressources financières. Le groupe va vendre 35% de sa participation dans le champ Parque das Conchas pour 1,540 milliard de dollars. Celui-ci se trouve au large du littoral de l’Etat d’Espírito Santo, dans l’est brésilien. Ce champ offshore est détenu à 50% par la compagnie anglo-néerlandaise Shell. La cession doit être approuvée par les autorités de la concurrence tout comme celle, également annoncée vendredi par Petrobras, de l’usine pétrochimique Innova à Rio Grande do Sul (sud).

La compagnie va également céder d’autres blocs d’exploitation dans le Golfe du Mexique. « Ces opérations représentent un étape importante pour Petrobras dans le cadre de son programme de désinvestissements », a indiqué dans un communiqué la compagnie publique brésilienne. Celui-porte sur environ 10 milliards de dollars. Plusieurs cessions avaient déjà été annoncées en juin pour un montant de 1,5 milliard de dollars.

Partager