CGG va transférer la propriété de ses navires à une nouvelle co-entreprise avec Eidesvik

2017-03-28T12:34:33+00:00

CGG a annoncé avoir conclu, avec son partenaire norvégien Eidesvik, un accord de principe pour la mise en place d’un nouveau dispositif de propriété de la flotte sismique qu’il opère. Cette opération permettra au spécialiste des géosciences de réduire sa dette brute de 182,5 millions de dollars. 

CGG et Eidesvik vont ainsi créer, à parité, une co-entreprise qui détiendra les cinq navires aujourd’hui détenus par le groupe français et mis à l’arrêt (Geo Coral, Geo Caribbean, Geo Celtic, CGG Alizé et Oceanic Challenger) ainsi que les deux navires co-détenus par CGG et Eidesvik (Oceanic Vega et Oceanic Sirius).

De plus, l’ensemble des financements attachés aux navires seront également transférés à cette nouvelle société qui sera opérationnelle au début du second trimestre 2017.

Sur le plan opérationnel, CGG continuera à affréter auprès de la nouvelle société l’Oceanic Vega et l’Oceanic Sirius, puis affrétera les navires Geo Coral (dès le deuxième trimestre 2017), Geo Caribbean et Geo Celtic à l’expiration des contrats d’affrètement des autres navires aujourd’hui opérés, précise le spécialiste des géosciences dans un communiqué publié le 24 mars 2017.

Dans ce nouveau dispositif, CGG continuera donc à opérer une flotte de 5 navires sismiques 3D avec un management opérationnel maritime et sismique identique, insiste également l’entreprise.

Grâce à cet accord signé avec Eidesvik, qui intègre également de nouveaux taux journaliers d’affrètement, CGG réduira sa dette de 182,5 M$.

Image : CGG (Oceanic Sirius)

Partager