Climat : six groupes mondiaux de l’Oil&Gas appellent à donner un prix au carbone

2015-06-01T17:08:40+00:00

Six compagnies pétrolières et gazières – BG Group, BP, Eni, Royal Dutch Shell, Statoil et Total –  ont annoncé aujourd’hui avoir lancé un appel aux États du monde entier ainsi qu’à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) pour l’instauration de mécanismes de tarification du carbone. Ces groupes mondiaux appellent « à la création par ces États de cadres réglementaires transparents, stables et ambitieux en vue de relier entre eux, à terme, les différents mécanismes nationaux ».

L’objectif est de réduire les incertitudes et promouvoir les mécanismes les plus efficaces économiquement pour réduire les émissions de carbone, partout à travers le monde, précise le communiqué publié conjointement ce lundi 1er juin par les six groupes pétroliers et gaziers. Par cette initiative « concertée et sans précédent », les six majors reconnaissent à la fois « l’ampleur du défi posé par le changement climatique » et « l’importance de l’énergie pour le bien-être des populations mondiales ».

Constatant que « la tendance actuelle d’évolution des émissions de gaz à effet de serre place le monde sur une trajectoire qui, selon le Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’évolution du Climat (GIEC), entrainerait un réchauffement de la planète supérieur à deux degrés Celsius », elles affirment « leur volonté de contribuer aux solutions ».

« Notre secteur est confronté à une équation complexe: répondre à une demande croissante en énergie qui soit moins émissive en CO2″, écrivent les directeurs généraux de ces six groupes dans un courrier commun adressé à la Secrétaire exécutive de la CCNUCC, Christiana Figueres, et au président de la COP21 (Conférence sur le climat), Laurent Fabius. « Nous sommes prêts à jouer notre rôle pour relever ce défi » et « nous avons la ferme conviction qu’un prix du carbone permettra de se détourner des options les plus émissives, et apportera la visibilité nécessaire pour dynamiser les investissements dans les technologies bas carbone et les ressources les plus pertinentes au rythme adéquat », affirment-ils.

Ajoutant qu’il est nécessaire aujourd’hui « que les États du monde entier mettent en place un tel cadre », les dirigeants s’affirment « convaincus » que (leur) « participation peut s’avérer précieuse pour définir une approche de la tarification du carbone à la fois pratique et réaliste ».

Partager