Contrat d’un demi milliard pour un consortium mené par Cofely

2013-10-30T11:27:09+00:00

Fusion for Energy (F4E), l’organisation qui gère la contribution de l’Union européenne au projet nucléaire ITER, vient d’attribuer un contrat de 530 millions d’euros au consortium franco-allemand regroupant Cofely Axima, Cofely Endel, Cofely Ineo (groupe GDF Suez) et M+W Group. Le contrat porte sur la conception, la réalisation et la maintenance des installations climatiques, électriques et mécaniques de treize bâtiments, dont le complexe Tokamak. « Prendre part au plus grand projet international de recherche sur l’énergie de fusion est une véritable fierté », a déclaré Guy Lacroix, directeur général délégué de GDF Suez Energie Services.

Partie nucléaire

D’une durée de 6 ans, le contrat comprend la conception, les études, la réalisation et la maintenance des installations de chauffage, ventilation, climatisation, électriques (courants forts, courants faibles et éclairage) et mécaniques de 13 bâtiments du site (97 200 m²), dont le complexe Tokamak qui abritera le réacteur lui-même. Les systèmes d’instrumentation et de contrôle, les réseaux des fluides, la détection et la protection contre les incendies et le contrôle-commande sont également inclus. Cofely Axima, le mandataire, Cofely Endel et Cofely Ineo réaliseront plus spécifiquement la partie nucléaire du contrat, le tokamak, composé de 3 bâtiments classés Installation Nucléaire de Base (INB).

L’agence domestique Fusion For Energy (F4E) est chargée de gérer la contribution européenne au projet, estimée à 6,6 milliards d’euros. L’objectif d’ITER est de démontrer que la fusion de deux variétés d’hydrogène (deutérium et tritium) dans un réacteur baptisé Tokamak peut devenir une source d’énergie exploitable et produire de l’électricité. Pour y parvenir, ITER devra prouver que l’on peut produire dix fois plus d’énergie que ce qui a été nécessaire pour initier la réaction de fusion. La construction se trouve à Saint-Paul-lez-Durance, dans les Bouches-du-Rhône, à proximité immédiate du CEA Cadarache.

Partager