Contrefaçon : Vallourec lance « Valguard » pour sécuriser ses certificats et ses produits

2017-11-20T14:54:05+00:00

Vallourec a annoncé le lancement de la solution Valguard qui permettra à tous les utilisateurs de ses tubes de s’assurer de l’authenticité de leur provenance. Cette technologie, qui repose sur l’utilisation d’une application mobile, permet  de sécuriser tout à la fois les certificats relatifs aux tubes de l’industriel au moyen d’un QR Code, et les produits eux-mêmes, grâce à une technologie de marquage spécifique.

Valguard permet de sécuriser la documentation relative aux tubes Vallourec, qui décrit en particulier les propriétés mécaniques et métallurgiques des produits, précise le groupe dans un communiqué publié le 14 novembre 2014. Muni simplement d’un mobile, chaque détenteur de ces nouveaux certificats pourra en contrôler la cohérence et contacter d’un clic le service client Vallourec pour des expertises plus approfondies,

De plus, grâce à une technologie proche de celle employée dans le domaine de l’aéronautique ou de la santé, et qui utilise un traceur « ADN Vallourec« , Valguard permettra de vérifier l’authenticité d’un tube à l’aide d’un capteur associée à l’application mobile. Une solution qui a été industrialisée et qualifiée par le laboratoire de recherche du groupe à Aulnoye-Aymeries (Nord de la France) et les équipes Qualité.

Les deux fonctionnalités de Valguard, qui seront déployées dès cette fin d’année 2017, s’appliqueront à toutes les solutions tubulaires développées par Vallourec.

Le groupe français d’ingénierie a présenté la solution Valguard dans le cadre du salon Adipec qui s’est tenu du 13 au 16 novembre 2017, à Abu Dhabi.

La contrefaçon est un fléau qui concerne de nombreux secteurs et n’épargne pas celui de l’industrie et notamment celui de l’acier et des tubes premium sans soudure, insiste Vallourec dans le communiqué déjà cité.

Ajoutant qu’il prend ce sujet très au au sérieux « compte tenu de la criticité des applications et des projets sur lesquels ses tubes sont amenés à être utilisés », le groupe d’ingénierie a mis en place en interne un comité de lutte contre la contrefaçon.

Le rôle de cet entité est de « centraliser les informations, agir à l’encontre des contrefacteurs et mener des campagnes de sensibilisation », notamment dans le cadre de la Steel Alliance Against Counterfeiting cofondée par le groupe français.

Image : Vallourec

Partager