De Gucht annonce un accord avec la Chine

2013-07-31T10:50:47+00:00

Le Commissaire européen au Commerce Karel De Gucht, a annoncé le 27 juillet avoir trouvé un accord avec la Chine concernant le litige commercial sur les panneaux photovoltaïques. « Après des semaines de discussions intensives, je peux dire que je suis satisfait de l’offre par les exportateurs de panneaux solaires de la Chine d’un engagement de prix comme prévu par la législation de défense commerciale de l’UE. C’est la solution à l’amiable que l’UE et la Chine cherchaient », s’est félicité le commissaire flamand.

Prix minimum…

©EDF Jean-Luc Petit

©EDF Jean-Luc Petit

Selon les termes de l’accord, non détaillés dans la communication européenne, les fabricants chinois auraient accepté le principe d’engagements sur les prix, qui sont une forme de solution à l’amiable dans les procédures de défense commerciale autorisées par les règles de l’OMC et de l’UE. Un engagement de prix est impose un prix minimum en-deçà duquel un panneau chinois ne pourra être vendu sur le Vieux Continent. Les entreprises exportatrices chinoises qui se plieront à la règle ne se verront plus imposer des taxes antidumping introduites en juin dernier par la Commission.

Selon Bruxelles, cet accord garantira « l’élimination du dumping préjudiciable constaté et permet en même temps un approvisionnement de panneaux solaires stable sur le marché de l’UE », tout en admettant que pour ce faire, elle devra « être en mesure de contrôler l’engagement » chinois. L’accord doit être encore adopté formellement par la Commission européenne.

… pour stratégie minimum

Pékin peut-être satisfait de cet accord qui laisse ouvertes les portes du marché européen, premier client de l’Empire du Milieu. Car la Chine est parvenue à ses objectifs : éliminer les poids lourds de l’industrie solaire européenne, en inondant le Vieux Continenent de ses panneaux bons marchés et subventionnés par l’Etat chinois et… les Etats européens au travers des tarifs d’achat ! Les principales menaces étant écartées, l’industrie solaire chinoise peut désormais se concentrer sur sa réorganisation et compter pour se faire sur un marché domestique amené à prendre le relais de l’Europe. Le pays prévoit en effet de se doter d’un parc solaire de 100 GW en 2020 et 1 000 GW en 2050. La Commission européenne semble une nouvelle fois avoir fait preuve d’une naïveté coupable en intervenant trop timidement et bien trop tard pour sauver une filière dont l’émergence puis le déclin a coûté chère aux contribuables.

Partager