Echanges d’actifs : BASF va se renforcer dans la production de pétrole et de gaz

2015-09-07T13:21:11+00:00

GAZPROM spring-on-the-bovanenkovo-5BASF et Gazprom sont parvenus à un accord pour procéder à un important échange d’actifs qui devait initialement être finalisé pour la fin de 2014, a annoncé le groupe allemand le
4 septembre. Avec cette opération, qui doit être achevée pour la fin de cette année, BASF « va renforcer se production de pétrole et de gaz et sortir de l’activité de négoce et de stockage de gaz », explique-t-il dans un communiqué. 

Wintershall, la filiale de BASF dédiée à l’exploration-production, va ainsi recevoir de Gazprom 25 % et une action des blocs 4 et 5 du gisement de gaz naturel et de condensats d’Ourengoï en Sibérie occidentale. Ces deux blocs, qui seront développés conjointement par les deux industriels, disposent de 274 Gm3 de gaz naturel et 74 millions de tonnes de condensats, soit environ 2,4 milliards de barils équivalent pétrole. La mise en production est prévue en 2018 et la plateau de production attendu est d’au moins 8 Gm3 pour les deux blocs.

De son côté, Gazprom va recevoir les parts détenues par Wintershall dans les activités de commercialisation et de stockage de gaz opérées conjointement par les deux groupes. Il s’agit notamment d’une participation de 50 % dans les compagnies Wingas, WIEH (Wintershall Erdgas Handelshaus Berlin) et WIEE (Wintershall Erdgas Handelshaus Zug), « y compris des actions de la société Astora, qui exploite les installations de stockage de gaz naturel à Rehden et Jemgum, en Allemagne, ainsi qu’une participation dans le stockage de gaz naturel de Haidach, en Autriche », précise le communiqué.

Gazprom recevra également une part de 50 % dans les activités de Wintershall Noordzee BV, dédiée à l’E&P en mer du Nord méridionale (Pays-Bas, Royaume-Uni et le Danemark). L’ensemble de ces activités ont contribué pour environ 12,2 mds€ au chiffre d’affaires et environ 260 M€ à l’EBITDA du groupe BASF en 2014.

Comme convenu, cet échange d’actifs, qui n’avait pu être finalisé précédemment « compte tenu d’un environnement politique difficile », a par ailleurs expliqué BASF, sera financièrement rétroactif au 1er avril 2013. L’opération a été approuvée par la Commission européenne en décembre de cette même année.

Image : Gazprom

 

Partager