Ecoslops signe un accord avec Total pour la future bio-raffinerie de La Mède

2016-09-23T17:15:41+00:00

ECOSLOPS site production Sinés Portugal 351 - copie 72 dpiLa société Ecoslops, qui a développé une technologie pour produire des carburants marins à partir de résidus pétroliers maritimes, a annoncé la signature d’un protocole d’accord avec Total pour implanter une unité industrielle sur le site de La Mède (Bouches-du-Rhône), dans le cadre de la future transformation de la raffinerie. La décision finale d’investissement pourrait être prise en 2017. 

Cette accord avec Total marque la confiance portée par un grand groupe du raffinage dans notre technologie, commente Ecoslops dans un communiqué publié le 22 septembre 2016.

Pour cette future unité, qui vise à traiter les slops (résidus pétroliers) déchargés dans le port de Marseille et dans les ports voisins, l’investissement se concentrera sur les équipements de la technologie P2R (four et colonne de distillation) et les stockages, poursuit la TPE française. En effet, de nombreux services (traitement des eaux, énergie, station de déchargement…) sont déjà existants sur le site.

« En 2015, nous avons décidé d’investir à La Mède pour transformer le site et créer la première bio-raffinerie française », a commenté François Bourrasse, directeur de la plateforme Total de La Mède, cité dans le même communiqué. « La construction de cette unité de régénération de résidus pétroliers vient conforter le redéploiement industriel du site. C’est une bonne nouvelle (…) et nous réjouissons de ce partenariat avec Ecoslops dans un projet d’économie circulaire ».

Dans le même temps, Ecoslops a annoncé avoir produit, au cours de ce premier semestre 2016, près de 6 000 tonnes (bitumes légers, fioul et gasoil) sur son site de Sinés, au Portugal (photo) mis en service l’année dernière. Un niveau de production qui « reflète la montée en puissance de l’unité industrielle P2R associé aux gains de nouveaux clients », explique Ecoslops, précisant que « la vente de produits d’hydrocarbures représente déjà 30 % du chiffre d’affaires (vs. 0 % au S1 2015) et devrait en représenter environ 50 % sur l’année 2016 (vs. 15 % en 2105) ».

La TPE, qui a réalisé au premier semestre de 2016 un chiffre d’affaires de 1,55 million d’euros, contre 0,93 M€ pour la même période en 2015, affiche une perte nette de 2,59 M€ sur les six premiers mois de l’année, contre 3,17 M€ l’an dernier.

Image : Ecoslops

 

Partager