Engie cède son pôle E&P pour 4,7 milliards d’euros à Neptune Energy

2017-05-22T18:41:36+00:00

Engie a annoncé être entré en négociations exclusives avec Neptune Energy pour lui céder sa part de 70 % dans EPI (Exploration & Production International). Cette transaction, qui valorise EPI 4,7 mds€, incluant 1,1 md€ de provisions pour les opérations de démantèlement, devrait se traduire par une réduction de 2,4 mds€ de la dette nette du groupe énergétique.

« Ce projet de transaction s’inscrit dans la stratégie d’Engie qui vise à devenir leader de la transition énergétique dans le monde, notamment en se recentrant sur la production d’électricité bas carbone et en réduisant son exposition aux prix des commodités », a commenté Isabelle Kocher, dg du groupe français, dans un communiqué publié le 11 mai 2017.

« Cette étape majeure est également le signe de l’attrait de l’entité EPI et d’une reconnaissance indéniable, par l’ensemble du secteur, de l’expertise des équipes », a poursuivi la dirigeante. « Nous sommes convaincus que Neptune Energy est le meilleur acheteur potentiel pour assurer le développement d’EPI et de ses employés. »

EPI, dont le siège est implantée en France et qui compte 1 622 employés, dispose d’actifs dans l’exploration de pétrole et gaz au Royaume-Uni, en Norvège, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Indonésie, en Algérie et en Égypte. En 2016, sa production atteignait 148 000 bep/j, pour des réserves 2P estimées à 672 millions de bep.

Engie, qui « reste un acteur majeur du gaz en Algérie via ses activités de GNL », précise-t-il, conservera néanmoins une participation de 30 % dans le projet de Touat, actuellement en phase de développement.

Avec cette opération, Neptune Energy deviendrait l’unique actionnaire d’EPI. En effet, selon des informations publiées par le quotidien Les Echos, le fonds souverain chinois CIC, qui détenait 30 % d’EPI et voulait monter à 49 % à l’occasion de cette cession, a pris une participation dans Neptune Energy aux côtés de fonds The Carlyle Group et CVC Partners.

Dirigée par Sam Laidlaw, ancien dg de Centrica Plc, Neptune Energy a pour ambition de poursuivre le développement des activités d’exploration et de production d’EPI, indique également le communiqué déjà cité. L’entreprise s’est engagé « à ce qu’aucun plan social ne soit lancé dans les deux prochaines années » sur le périmètre actuel d’EPI. Enfin, les employés d’EPI auront accès aux offres d’emploi internes d’Engie les deux années suivant le closing de la transaction envisagée, ajoute le groupe français.

« Un an après le lancement du plan de transformation d’Engie, ce projet (de transaction, ndlr) est une preuve supplémentaire des progrès significatifs réalisés dans la mise en œuvre de notre programme de cessions de 15 milliards d’euros : nous sommes en avance sur notre plan avec 70 % des cessions déjà signées ou finalisées », a insisté Judith Hartmann, dga d’Engie en charges des Finance.

Avec la clôture de cette transaction, attendue pour la fin du premier trimestre 2018, les activités contractées et régulées représenteront plus de 85 % de l’Ebitda d’Engie, permettant ainsi au groupe d’atteindre l’objectif fixé pour fin 2018 et d’améliorer son profil de risque, précise enfin Engie.

Image : Engie E&P

Partager