Engie poursuit son désengagement de la production d’électricité à partir de charbon

2017-11-24T12:45:17+00:00

Engie a annoncé le jeudi 23 novembre 2017 avoir signé un accord pour céder sa participation (70%) détenue dans la centrale australienne Loy Yang B au conglomérat hongkongais Chow Tai Fook Enterprises.

D’une capacité de 1 000 MW, la centrale charbon de Loy Yang B est située dans la vallée de Latrobe, dans l’Etat de Victoria (sud), précise Engie dans un communiqué. Cette installation fournit 17% des besoins en électricité de cet Etat.

Une fois cette cession réalisée – au premier trimestre 2018 au plus tard, avance Engie – le charbon représentera 6% du portefeuille de production d’électricité du groupe énergétique dans le monde, contre 13% fin 2015.

Ce projet de cession, qui porte sur les parts d’Engie (70%) et du japonais Mitsui (30%), « devrait réduire la dette financière nette consolidée du groupe d’un montant de 666 millions d’euros », souligne le groupe, sans préciser le montant de la transaction.

« Cette transaction confirme le positionnement stratégique d’Engie sur la production d’électricité bas carbone, les infrastructures énergétiques et les solutions intégrées pour les clients », a commenté Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, dans le communiqué déjà cité.

Engie avait cédé cette année la centrale au charbon d’Hazelwood, l’une des plus polluantes d’Australie.

Enfin, le groupe souligne également qu’il « reste un acteur important en Australie et en Nouvelle-Zélande avec 1.800 employés dans la production d’électricité bas carbone (environ 1 GW de capacités brutes) et la fourniture d’énergie (gaz et électricité) et de services à plus de 650 000 clients ».

Image : Centrale d’Hazelwood, Simpsons fan 66 at English Wikipedia [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons

Partager