E&P : vers une 3e année consécutive de baisse des investissements

2016-06-27T16:29:41+00:00

Eldfisk 2/7 SPour la première fois de son histoire, le secteur de l’Oil
& Gas connaîtrait actuellement la 3e année consécutive de baisse des investissements dans l’amont, analyse l’IFP Energies nouvelles dans une note publiée le 14 juin 2016. Au risque d’un nouveau choc pétrolier en cas d’une reprise de la demande plus forte que celle aujourd’hui anticipée.

Après une chute de 16 % en 2015 par rapport à 2014, soit 22 milliards de dollars, la tendance s’est accentuée au premier semestre 2016 avec une baisse des budgets en moyenne de 30 % « assez en ligne avec les prévisions », précise les experts de l’organisme de recherche public. Cette baisse des investissements au premier trimestre de 2016 a été de 48 % pour Total et 38 % pour Exxon.

Même durant les précédents épisodes d’effondrement des prix du pétrole, le contre-choc de 1986 et la crise asiatique de 1997, le secteur n’avait pas connu une réduction aussi forte de ses investissements, insiste l’IFPEN.

Bien évidemment, l’impact sur le taux de remplacement des réserves est important avec une baisse du ratio pour la plupart des majors, et surtout un taux qui passe largement sous les 100 %. Ainsi, le taux de remplacement de la compagnie Exxon est de 67 %, son « plus mauvais depuis plus de vingt ans ».

Cependant, si cette baisse des budgets, en réduisant l’endettement des majors, « satisfait à court terme les investisseurs et les agences de notation », poursuivent les analystes de l’IFPEN, « elle pose un véritable défi sur la réactivité des sociétés pétrolières face à une augmentation rapide de la demande ».

En effet, en cas d’une remontée plus rapide de la demande que celle anticipée actuellement, ce retard de trois ans dans les budgets d’investissements dans l’E&P « pourrait alors conduire à une nouveau choc pétrolier et projeter les prix du brut de nouveau au-dessus des 100 dollars le baril », estime l’IFPEN.

Image : Total

Partager