Europe : 4 ministres de l’énergie alertent sur la réforme des aides d’Etat

2014-03-19T11:44:21+00:00

Philippe Martin, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a co-signé le 14 mars avec ses homologues allemand, Sigmar Gabriel, italien Frederica GUIDI, et britannique et Michael Fallon, un courrier à Joaquin Almunia, commissaire européen en charge de la Concurrence mettant en garde contre les conséquences d’une réforme des aides d’Etat pour les énergies renouvelables. Dans ce courrier, les quatre ministres réagissent au projet de lignes directrices de la Direction générale de la concurrence sur les aides d’État pour l’environnement et l’énergie et s’inquiètent des conséquences que ces lignes directrices pourraient avoir sur les politiques énergétiques et climatiques à moyen terme et sur la tenue des objectifs à l’horizon 2020 par l’Union européenne (les fameux 3×20).

Moderniser les aides

Les ministres estiment notamment : « Nous reconnaissons la compétence de la Commission concernant les aides d’État, mais il faut souligner les droits des États membres à déterminer leur propre bouquet énergétique aux termes de l’article 194 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Nous craignons que le projet actuel de lignes directrices restreigne la capacité des États membres à déterminer leur politique nationale énergétique ». Ils considèrent que ce projet va à l’encontre de l’Initiative de modernisation des aides d’États de la Commission (SAM) qui vise à simplifier les règles de l’Union européenne relatives aux aides d’État et à réduire les barrières et obstacles bureaucratiques. Ils insistent particulièrement sur l’attention à porter aux entreprises électro-intensives, entreprises les plus exposées à la concurrence internationale et au risque de fuite de carbone. Enfin, concernant le soutien aux énergies renouvelables, les ministres estiment que les États membres doivent pouvoir recourir à des dispositifs propres à chaque technologie.

Partager