Gazprom et BASF signent un accord pour l’extension de Nord Stream

2015-08-04T12:20:10+00:00

Employees weld the first two pieces of the Nord Stream togetherLe groupe russe Gazprom et
le groupe allemand BASF ont signé une lettre d’intention prévoyant une coopération dans le projet de développement du gazoduc Nord Stream. Ce projet, appelé Nord Stream II, vise à construire deux branches supplémentaires qui relieraient la Russie et l’Allemagne sous la mer Baltique. 

Selon les deux entreprises, cette nouvelle capacité totaliserait 55 milliards de mètres cubes, ce qui doublerait les capacités actuelles du gazoduc Nord Stream. Le 18 juin dernier, les groupes EON, Shell et OMV avaient signé une lettre d’intention identique avec Gazprom.

« Compte tenu de la demande croissante en gaz en Europe, l’extension de l’infrastructure de transport, qui reliera directement les champs de gaz russes aux marchés européens, va contribuer à l’amélioration de la sécurité d’approvisionnement en gaz de l’Europe », a commenté Alexandre Medvedev, vice-président du comité de direction de Gazprom.

Pour rappel, le gazoduc Nord Stream est détenu conjointement par Gazprom
(51 %), Wintershall (15,5 %, filiale de BASF), EON (15,5 %) et Engie (9 %). Le gaz naturel russe arrive, via la mer Baltique, à ville côtière allemande de Lubmin, et est ensuite transporté vers l’Ouest et le Centre-Ouest de l’Europe, via les gazoducs OPAL (Ostsee Pipeline Anbindungs Leitung – Baltic Sea Pipeline Link) et NEL (Nordeuropäische Erdgasleitung – North European Gas Pipeline).

L’Allemagne est le plus gros consommateur de gaz russe, indique Gazprom dans son communiqué publié le 31 juillet. En 2014, le groupe russe a vendu 40,3 milliards de mètres cubes sur le marché allemand.

Image : Wintershall

 

Partager