GDF Suez entre en lice avec une éolienne de 8 MW

2013-12-06T14:32:05+00:00

GDF Suez a annoncé le 29 novembre sa candidature, aux côtés d’EDP Renovaveis (43%) et de Neonen (10%), au deuxième appel d’offres éolien offshore, soit le jour de la clôture de remise des dossiers. Si la présence du groupe dirigé par Gérard Mestrallet n’est pas vraiment une surprise, il a étonné par son offre en proposant l’éolienne de 8 MW en cours de développement par Areva. Cette dernière permettrait une productivité et un rendement améliorés, un nombre d’éoliennes réduit de près de 40%, une  réduction du temps de construction et une optimisation de la maintenance.

Deux consortiums en lice

Ce deuxième appel d’offres revêt une importance particulière pour GDF Suez qui n’a remporté aucun des 5 parcs éoliens qui étaient proposés lors du premier round en raison d’un prix trop élevé. Le choix de l’éolienne de 8 MW, encore en cours de développement, peut donc paraître risqué. Interrogé par Pétrole et gaz Informations, Areva assure que le nouveau modèle « est très largement inspiré de notre M5000, en opération depuis 2009. Seul diffère la taille du rotor et des pâles ». Le dossier de candidature prévoit par ailleurs que le calendrier du développement de la machine soit en adéquation avec celui de l’appel d’offres avec un prototype testé à terre puis en mer en 2015 et une pré-série en 2016. En cas de victoire, elle sera assemblée sur le site Areva du Havre.

(c) MEDDE

(c) MEDDE

GDF Suez, sera en compétition avec EDF EN, grand vainqueur du premier appel d’offres, avec 3 parcs remportés sur 5 (Fécamp 498 MW, de Courseulles-sur-Mer 450 MW et de Saint-Nazaire 480 MW). Le groupe, a souhaité logiquement reconduire son partenariat gagnant avec Alstom pour remporter les projets du Tréport et des îles d’Yeu et de Noirmoutier. Le groupe dirigé par Patrick Kron proposera son Haliade 150, la nouvelle éolienne du groupe d’une capacité de 6 MW installée récemment au large des côtes d’Ostende sur le site de Belwind en Belgique. Le consortium sera complété de l’allemand WPD Offshore.

Il convient désormais à la Commission de régulation de l’énergie (CRE) d’étudier ces offres et de soumettre son avis au gouvernement qui choisira les vainqueurs au premier semestre 2014. La mise en service des parcs est prévue pour 2021-2023.

 

Partager