GDF Suez fait un pas décisif pour entrer sur le marché US du GNL

2013-05-17T16:03:44+00:00

Gérard Mestrallet l’a annoncé tôt dans la journée au Cercle de l’industrie : « GDF Suez a signé un accord décisif avec l’américain Sempra Energy, Mitsubishi et Mitsui pour la construction d’une usine de liquéfaction en Louisiane. Si le projet abouti, le groupe entrera sur le marché américain au meilleur moment grâce aux gaz de schistes.

12 millions de tonnes de GNL par an

Située sur le site du terminal méthanier de Sempra Energy à Hackberry, cette usine sera constituée de 3 trains de liquéfaction d’une capacité de 12 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) par an et sera exploitée par Cameron LNG, filiale de Sempra. Les partenaires se sont entendus pour former une joint-venture dans laquelle GDF Suez, Mitsubishi et Mitsui vont acquérir une participation de 16,6 % chacun dans le terminal existant et dans le projet de liquéfaction, Sempra Energy conservant 50,2 %. Selon la répartition des capacités de production, le groupe dirigé par Gérard Mestrallet obtiendra jusqu’à 4 Mt de GNL.

Jean-Marie Dauger, Directeur général adjoint de GDF Suez, en charge de la branche Global Gaz & GNL, a déclaré :  » Par son entrée dans le projet Cameron LNG aux côtés de partenaires solides et expérimentés, GDF Suez, acteur majeur du GNL dans le monde, entend contribuer de façon décisive à l’émergence d’une nouvelle source de GNL aux Etats-Unis. Le projet Cameron LNG permettra de diversifier et d’accroître le portefeuille de GNL du Groupe ainsi que sa flexibilité, pour alimenter ses marchés actuels ou futurs dans les zones en forte croissance. »

En attente du feu vert d’Obama

Comme d’accoutumé, la réalisation de l’usine reste soumise à la décision finale d’investissement de chacune des parties, à la finalisation de toutes les autorisations et à la sécurisation du financement, qui devraient intervenir début 2014, ainsi qu’aux autres conditions suspensives courantes.

Gérard Mestrallet devra également obtenir du président américain une autorisation d’exporter le gaz liquéfié dans les pays de négoce du groupe. Or, selon la législation de l’Oncle Sam, le gaz ne peut être exporté que dans les pays ayant signé un accord de libre-échange avec les Etats-Unis. GDF Suez précise que l’autorisation d’exporter du GNL vers les autres pays « a fait l’objet d’une demande et reste encore soumise à une décision ultérieure du ministère de l’Energie américain (DOE). A ce jour, un seul projet GNL a obtenu toutes les autorisations d’exportation aux États-Unis. »

Partager