GDF Suez fournira du gaz américain à Tohoku pendant 20 ans

2014-05-21T16:05:11+00:00

GDF Suez a annoncé avoir signé le 16 mai avec la compagnie électrique japonaise Tohoku, un protocole d’accord portant sur la vente à long terme de GNL. Dans le cadre de cet accord, le groupe dirigé par Gérard Mestrallet s’engage à livrer 270 000 tonnes par an de gaz naturel liquéfié (GNL) à Tohoku Electric Power. Ce contrat de 20 ans débutera en 2018. C’est la première fois que le groupe signe un contrat de long terme avec une compagnie japonaise.

Gaz américain

Le gaz naturel fourni à Tohoku par GDF Suez proviendra des Etats-Unis, après avoir été liquéfié sur le site de Cameron LNG. En effet, le projet d’exportation de GNL de Cameron LNG, dans lequel GDF Suez, Sempra, Mitsubishi et Mitsui sont partenaires, a obtenu les autorisations conditionnelles du ministère de l’Energie américain (DoE), ainsi qu’une autorisation partielle de la Commission fédérale de régulation de l’énergie (FERC). Le projet devrait être définitivement approuvé d’ici la fin de l’année. « Cet accord de vente scelle notre première vente à long terme de GNL avec un partenaire japonais, ainsi que l’émergence du GNL américain dans la contribution à l’approvisionnement énergétique du Japon, grâce à la révolution du gaz de schiste en Amérique. Un tel contrat montre à quel point la stratégie de GDF Suez se trouve au coeur des défis énergétiques du monde actuel », a déclaré Jean-Marie Dauger, directeur général adjoint de GDF Suez, en charge de la branche Global Gaz & GNL. GDF Suez détient le troisième portefeuille d’approvisionnement en GNL au monde avec 16 millions de tonnes par an, provenant de 6 pays différents. Il exploite une flotte de 14 méthaniers sous contrat d’affrètement à moyen et long terme. La flotte est en permanence optimisée pour répondre aux engagements de long terme ainsi qu’aux opportunités de court terme. Le groupe affiche également une présence importante dans des terminaux de regazéification à travers le monde, incluant des terminaux flottants et des projets d’usines de liquéfaction.

Partager