GDF Suez posera ses valises en Pays-de-la-Loire en cas de victoire

2014-01-28T18:52:02+00:00

Dans le cadre du second appel d’offres pour l’installation de parcs éoliens offshore, le consortium mené par GDF Suez a annoncé sa volonté de s’installer en Pays-de-la-Loire, au plus proche des sites des îles d’Yeu et Noirmoutier et du Tréport. « 500 emplois, dont 130 directs, seront mobilisés pendant 25 ans », affirme le consortium. Le second round d’attribution prévoit la construction de deux parcs de 500 MW chacun. Après l’échec du premier appel d’offres, le groupe présidé par Gérard Mestrallet a décidé de parier sur les aérogénérateurs de 8 MW produits par Areva.

Emploi et formation

(c) MEDDE

(c) MEDDE

Les quatre partenaires du consortium (GDF Suez, EDP Renewables, Neoen Marine et Areva) expliquent « avoir rencontré plus de 150 entreprises locales pour la construction et l’installation des fondations et sous-stations du parc éolien ». Le port de Saint-Nazaire accueillera, en cas de victoire, la base logistique pour la construction du projet d’Yeu-Noirmoutier. Le site abrite déjà les installations d’Alstom et de STX dédiées aux énergies marines renouvelables (EMR). En termes de maintenance, les partenaires installeront un centre en Vendée, réparti sur deux sites : une base de maintenance principale à Port Joinville (île d’Yeu) et une base secondaire à l’Herbaudière (Noirmoutier).

« Au travers de cette collaboration avec des PME et de grands groupes locaux, le groupement a pour objectif la création et la pérennisation d’un nombre significatif d’emplois dans la région », assure le consortium. Par ailleurs, 8 accords ont été signés avec les IUT de Saint-Nazaire, le Greta du Mans, le Pôle emploi Pays-de-la-Loire, la Maison de l’emploi de la Vendée, les Chambres de Commerce et d’Industrie de Nantes-Saint-Nazaire et de Vendée, ainsi que le Relais emploi sur les Iles d’Yeu et de Noirmoutier. « Des référentiels de formation ont d’ores et déjà été construits en concertation avec la région. Au total, 400 000 heures de formation seront dispensées sur l’ensemble du projet », explique-t-il.

1er appel d’offres

Pour rappel, le résultat du premier appel d’offres annoncés le 6 avril 2012 a consacré Eolien Maritime France, consortium mené par EDF et Dong Energy, pour les lots de Fécamp, Courseulles-sur-Mer et Saint-Nazaire (500 MW chacun). Le groupement Ailes Marines SAS, mené par Iberdrola et Eole RES, a quant à lui remporté le lot de Saint-Brieuc. Dans ce cadre, Areva a annoncé la construction d’une usine au Havre et d’une d’un centre de R&D composé d’une centaine d’ingénieurs à Rouen. Au total, la constitution d’une filière française de l’éolien offshore pourrait conduire à la création de 6 000 emplois directs et indirects, selon GDF Suez.

Partager