Hydrogène : Air Liquide va déployer une infrastructure de distribution aux Etats-Unis

2014-11-20T18:54:03+00:00

Air Liquide station réseau hydrogneCe projet de développement
d’une infrastructure de distribution d’hydrogène dans le nord-est des Etats-Unis est mené en collaboration avec Toyota Motor Sales USA Inc., « dans la perspective du lancement commercial, aux Etats-Unis, du nouveau véhicule électrique à hydrogène du constructeur, dénommé Mirai », précise le groupe dans un communiqué.

Cette infrastructure comprendra, dans un premier temps, douze stations installées dans plusieurs Etats, « et se développera selon la demande ». Ces stations, « qui offriront une expérience utilisateur similaire » à celle des stations de carburants traditionnels, permettront de faire le plein des véhicules hybrides (électriques/hydrogène) en moins de 5 minutes, pour des véhicules qui ont, quant à eux, une autonomie pouvant atteindre 500 km selon les modèles.

Air Liquide a récemment remporté aux Etats-Unis un contrat pour des stations de distribution en Californie et a plusieurs projets d’alimentation de flottes captives (autobus et chariots élévateurs pour les entrepôts). A ce jour, le groupe a fourni plus de 60 stations de distribution d’hydrogène dans le monde, principalement pour des flottes captives. Des stations sont accessibles au grand public notamment à Rotterdam (Pays-Bas) et Düsseldorf (Allemagne). Le groupe a annoncé cette année l’installation de quatre nouvelles stations au Danemark, qui formeront « le premier réseau de distribution d’hydrogène déployé d’un pays« .

En France, suite à un appel d’offres remporté en juillet dernier auprès du Conseil général de la Manche, Air Liquide installera en décembre 2014, une station qui permettra d’alimenter les véhicules électriques à hydrogène acquis par la collectivité territoriale. Par ailleurs, Air Liquide est partenaire du projet HyWay qui vise à déployer 50 véhicules utilitaires hybrides (électrique/hydrogène), autour de deux stations de distribution d’hydrogène à Lyon et Grenoble. Ce projet est coordonné par le pôle de compétitivité Tenerrdis.

Partager