Hydrogène : Engie entre au capital de Symbio FCell

2016-09-19T15:22:40+00:00

symbio-fcell-kangoo_ze-h2-3d_2014-highdefEngie a annoncé avoir pris une participation au capital de Symbio FCell à l’occasion d’une nouvelle levée de fonds de la start-up spécialisée dans la mobilité hydrogène. Le groupe Michelin a également participé à cette opération et reste l’actionnaire de référence de Symbio FCell dont il détient 32,9 % du capital. 

Cet investissement va nous permettre de développer notre gamme de produits, a commenté Fabio Ferrari, pdg de Symbio FCell, lors d’une rencontre organisée par Engie le lundi 19 septembre, dans le cadre de sa démarche d’Open Innovation.

Selon le dirigeant, le géant de l’énergie détient désormais 20 % du capital de la start-up.

Implantée notamment en région Rhône-Alpes-Auvergne, Symbio FCell conçoit et produit des systèmes piles à hydrogène qui peuvent être intégrés dans des véhicules de série soit comme prolongateur d’autonomie, soit comme système de propulsion forte puissance.

Elle commercialise d’ores et déjà une offre basée sur une Kangoo ZE, et souhaite poursuivre son développement sur d’autres véhicules (camionnette, taxi, bennes à ordures et bus).

« C’est une réunion historique », s’est enthousiasmé Thierry Lepercq, dga d’Engie, en charge de la Recherche et Technologie, et de l’Innovation. L’hydrogène « est le chaînon manquant d’un système énergétique décarboné », insiste le cofondateur de la société Solairedirect, acquise en septembre 2015 par Engie.

Cette association avec Michelin dans le capital de Symbio FCell va permettre à Engie de prendre une part active dans l’évolution des usages de l’hydrogène, poursuit le groupe énergétique.

« En tant qu’acteur de la mobilité durable, Michelin considère l’hydrogène comme l’une des composantes de cette mobilité durable », a commenté Laurent Noual, membre du Comex du groupe. « L’approche adoptée par Symbio FCell permet d’enclencher une mobilité hydrogène rentable, au service des besoins urbains, avant l’arrivée en masse des véhicules hybrides H2 de grande série ».

Selon Fabio Ferrari, ces premiers véhicules devraient être disponibles sur le marché « au prix d’un véhicule diesel, d’ici cinq ans ».

Image : Symbio FCell

Partager