Hydrogène : la filière française affiche sa vision pour 2050

2018-04-12T14:03:15+00:00

A l’horizon 2050, l’hydrogène décarboné pourrait représenter 20 % de la demande d’énergie finale en France, selon une étude prospective publiée par des acteurs de la filière et l’Afhypac. Ce vecteur d’énergie pourrait alors alimenter 18 % du parc de véhicule et répondre à 12 % de la demande d’énergie des foyers et à 10 % de celle de l’industrie.

Produit par électrolyse de l’eau à partir d’électricité renouvelable ou en combinant le vaporéformage et le captage et la séquestration du carbone, l’hydrogène décarboné a une rôle majeur à jouer dans la transition énergétique, insistent les partenaires de cette étude*.

Selon les estimations établies par le cabinet McKinsey, qui a déjà réalisé un travail équivalent au niveau mondial, en décarbonant les usages de l’énergie, les technologies de l’hydrogène « vert » pourraient réduire les émissions de CO2  de la France de 55 millions de tonnes à l’horizon 2050.

Cela représente le tiers de l’effort à réaliser pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, soit 90 Mt de CO2 en 2050 contre 310 Mt en 2015, insiste Philippe Boucly, le président de l’Afhypac (Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible).

Cependant, pour que l’hydrogène décarboné trouve sa place dans le système énergétique français, « il faut investir massivement pour réduire les coûts », poursuit le responsable de l’association. Un montant de 5 à 10 milliards d’euros investis par la filière d’ici 2030 permettrait de générer en 2050 un chiffre d’affaires de 40 mds€ et plus de 150 000 emplois, sans compter les opportunités à l’exportation estimées entre 6  et 7 mds€ annuels.

« La filière française est particulièrement bien positionnée sur les équipements de production de l’hydrogène, les composants et les systèmes », précise Philippe Boucly.

Mais pour s’engager dans cette voie, « les industriels attendent de l’Etat un cadre législatif et réglementaire adapté aux technologies émergentes de l’hydrogène », poursuit le président de l’Afhypac, faisant allusion au plan national pour l’hydrogène qui doit être présenté très prochainement par les pouvoirs publics.

L’étude complète peut être consultée ici.

* Air Liquide, Alstom, EDF, Engie, Hyundai, Faurecia, Michelin, Plastic Omnium, SNCF, Total, Toyota, l’Aphypac et le CEA.

Image : Air Liquide

 

Partager