Irak : Bob Dudley reste vigilant, Total peu exposé

2014-06-18T16:47:40+00:00

L’offensive militaire de djihadistes en Irak n’a pas échappé aux dirigeants des compagnies pétrolières qui jugent la situation préoccupante. Interrogé à ce sujet en marge du Congrès du pétrole à Moscou, Bob Dudley, directeur général de BP, a estimé que les prises des villes du nord du pays « sont de terribles événements qui auront de profondes implications ». Dix ans après l’intervention militaire américaine, le pays est toujours dans le chaos.

Production stable

DR

DR

Interrogé sur l’impact des troubles sur la production pétrolière, Bob Dudley s’est montré relativement rassurant : « pour le moment, les implications en ce qui concerne la production pétrolière semblent limitées », a-t-il expliqué à l’AFP, rappelant qu’hormis les champs du Kurdistan irakien, tout au nord du pays, qui sont contrôlés par les autorités locales, « la majorité de la production de pétrole (irakienne) est située dans le sud, très loin des troubles actuels »« Pour le moment, la production n’est pas affectée. Et je ne crois pas que ce genre de difficultés et d’instabilité va s’étendre jusqu’au sud du pays », mais « nous devrions tous êtres très préoccupés par ce qui est en train de se produire », a déclaré le directeur général de BP.

En Irak, BP participe à un consortium avec la compagnie chinoise CNPC et un groupe public irakien pour développer la production du gisement pétrolier géant de Roumaïla, situé près de Bassorah, dans le sud du pays. « Nous sommes très loin des troubles, et la production augmente à la demande du gouvernement », mais « nous sommes bien sûr très vigilants et avons retiré de là-bas des employés non essentiels », a-t-il ajouté. Enfin, en réponse à une question sur la capacité du gouvernement irakien à continuer d’exercer son autorité sur le secteur pétrolier, il a assuré que « les personnes avec qui nous travaillons ont le pétrole sous contrôle ».

Contacté par Pétrole et Gaz Informations, Total a confirmé regarder de près l’évolution de la situation tout en rappelant que son exposition dans le pays était limitée. La Major détient une participation de 18,75 % dans champ de Halfaya situé dans la province de Missan dans le sud du pays ainsi que des intérêts dans trois autres blocs d’exploration dans la région du Kurdistan irakien. Total n’est opérateur sur aucun de ces projets et n’a pas pour l’instant rappelé ses salariés sur place, « une trentaine de personnes maximum dont des Irakiens ».

Partager