Jubail 2 monte en puissance et vise déjà l’extension

2014-03-27T12:22:39+00:00

Jubail 2, la plus grosse raffinerie de Total, monte en puissance depuis les premières expéditions de produits raffinés en septembre 2013. Complètement opérationnelle à la fin du premier semestre, Patrick Pouyanné, directeur de la branche raffinage/chimie songe déjà à agrandir l’usine : « Nous en discutons avec notre partenaire Saudi Aramco. Cela se fera peut-être à la fin de la décennie », a-t-il confié aux journalistes lors de la visite du site saoudien fin mars.

Investissement de 12 milliards $

(c) Total - Michel Labelle

(c) Total – Michel Labelle

Jubail 2 est une belle vitrine pour Total. Le site qui traitera, en rythme de croisière, 400 000 barils jour de Heavy crude s’étend sur 500 hectares de désert, abrite 20 000 km de pipes, et a nécessité un investissement de pas moins de 12 milliards de dollars. Trois ans de construction ont été nécessaires avec un pic de 45 000 travailleurs sur le chantier. En plus de ses dimensions qui en fait une des raffineries les plus importantes au monde en terme de capacité (20 Mt par an), l’usine est très convertissante et produit plus de 85% de produits légers. Elle dispose d’avantages compétitifs qui en font également une des plus rentables au monde selon la Major. Cette dernière bénéficie en effet d’un environnement industriel très favorable avec des infrastructures opérationnelles pour les autres sites (Jubail 1 notamment) et est reliée au port. Elle sera alimentée en brut lourd (Arab Heavy) par les deux champs voisins de Safaniya et de Manifa, situés à 100-150 km au Nord du site. En Arabie Saoudite, le groupe pétrolier dispose également d’une énergie très bon marché qui ne pèse que 30% du coût de production (contre 60% en moyenne en Europe).

Le projet de Jubail 2 s’inscrit pleinement dans la stratégie de long terme de Total qui consiste à pénétrer les marchés en forte croissance que sont notamment le Moyen-Orient et l’Asie. La Major y compte investir 30% de ses capitaux sur les cinq prochaines années. Le site est opéré par une joint-venture entre Saudi Aramco (62,5%) et Total (37,5%) : SATORP. La compagnie nationale saoudienne devrait mettre à terme 25% du capital sur le marché mais aucune date n’a pour l’heure été fixée.

Partager