La Mède : l’implantation d’une unité de régénération de résidus pétroliers marins confirmée

2017-06-12T10:39:47+00:00

Ecoslops a annoncé la signature avec Total d’un accord pour l’implantation d’une unité de régénération de résidus d’hydrocarbures issus du transport maritime sur le site de La Mède. Ce projet s’inscrit dans la cadre de la transformation du site en bio-raffinerie. 

Ecoslops, qui a développé une technologie de micro-raffinage des « slops » (résidus pétroliers accumulés au fond des réservoirs et de cuves des navires), et le groupe Total avait signé en septembre 2016 un protocole d’accord à ce sujet.

Le démarrage des travaux est prévu au second trimestre de 2018 et celui de l’unité à la fin de cette même année, précise Ecolops dans un communiqué publié le 12 juin 2017.

L’entreprise construira et opèrera l’unité de micro-raffinage alors que Total « fournira des prestations de services et mettra à disposition les utilités nécessaires au fonctionnement de cette unité ».

Les différentes coupes pétrolières produites seront revendues sur le marché national et international.

La 1e unité d’Ecoslops, implanté sur le port de Sinès (Portugal), a traité près de 17 000 tonnes de produits au cours de l’exercice de 2016, pour une capacité de 30 000 tonnes par an.

Le taux de transformation des résidus en produits à été de 98 % « et 2016 a aussi démontré la possibilité de traiter des résidus de natures très variées », avait indiqué Ecoslops lors de l’annonce de ses résultats annuels.

Image : Total/François Lacour (Cracking catalytique-La Mède)

Partager