La plateforme d’Anvers de Total fait peau neuve

2013-05-31T11:43:26+00:00

Total a annoncé, par voie de communiqué, avoir approuvé un projet de modernisation d’un milliard d’euros pour son site de production d’Anvers, la plus grande plateforme de raffinage et pétrochimie du groupe en Europe. Le groupe confirme ainsi sa stratégie de favoriser de grands sites intégrés, plus à même de résister à la concurrence internationale. « L’approbation de ce plan d’investissement est une étape majeure dans le développement du site d’Anvers pour en faire une des plateformes les plus rentables de la branche Raffinage-Chimie de Total », a déclaré Patrick Pouyanné, directeur général de la branche Raffinage-Chimie.

De nouveaux produits à forte valeur ajoutée

Cet investissement répond également à un positionnement sur des produits à forte valeur ajoutée. « Avec ce projet, Total illustre sa volonté non seulement de rester parmi les leaders du raffinage et de la pétrochimie en Europe, mais aussi sa capacité à adapter son outil industriel à l’évolution des marchés en réduisant ses capacités de production et en les orientant vers des produits à plus forte valeur ajoutée qui respectent les normes environnementales les plus strictes », s’est félicité Patrick Pouyanné.

Concrètement, le groupe français va investir à court terme dans 2 projets :

– La construction d’un nouveau complexe de raffinage, comprenant une unité de désasphaltage au solvant et un hydrocraqueur visant à convertir les fiouls lourds en diesel et en fioul domestique désulfurés. Il répond à l’évolution de la demande vers des produits à très basse teneur en soufre dont l’impact environnemental est plus faible. La mise en service de ce complexe est prévue pour début 2016.

– La construction d’une nouvelle unité convertissant les gaz récupérés lors du processus de raffinage en matières premières pour les unités pétrochimiques, remplaçant ainsi le naphta, matière première dérivée du pétrole plus coûteuse. Ce projet renforce l’intégration entre les unités de raffinage et de pétrochimie de la plateforme et, par conséquent, la compétitivité de ces dernières. La mise en service de cette unité est prévue pour début 2017.

Deux unités arrêtées

Dans le cadre de ce plan de modernisation, deux unités de production parmi les plus anciennes du site seront arrêtées car Total considère qu’elles ne sont plus compétitives dans le contexte économique mondial:

– Le vapocraqueur le plus petit et le plus ancien, actuellement hors service par manque de débouchés commerciaux, sera définitivement fermé et démantelé.

– La ligne de production de polyéthylène la plus petite et la plus ancienne sera fermée fin 2014, une fois réalisés les investissements sur d’autres lignes de polyéthylène destinés à produire une nouvelle gamme de polymères innovants.

Le groupe précise que les effectifs sur la plateforme d’Anvers seront maintenus à environ 1 700 salariés. Il sera proposé à tous les collaborateurs des activités arrêtées de poursuivre leur carrière sur les nouvelles unités de production qui vont faire l’objet d’investissements sur la plateforme.

Pour rappel, Total compte trois sites de production dans la zone portuaire d’Anvers, formant une plateforme intégrée de raffinage et de pétrochimie. Les activités couvrent la production de divers produits pétroliers (fioul lourd, essence, GPL, diesel, kérosène…) et de produits chimiques de base (oléfines, fractions C4 et hydrocarbures aromatiques) dont certains sont transformés en polymères (polyéthylène haute densité).

Partager