L’action de GDF Suez trop peu valorisée

2013-06-18T08:03:00+00:00

Le président de la République, François Hollande, a indiqué dimanche soir lors de l’émission télévisée « Capital » ne pas avoir l’intention de céder des participations dans GDF Suez. « Pourquoi pour des entreprises comme (…) France Télécom ou GDF Suez, nous ne vendons pas? Parce que nous considérons que les cours ne sont pas suffisamment élevés », a-t-il expliqué. L’Etat est l’actionnaire principal du groupe franco-belge avec 36,7% du capital. Le gouvernement cherche des recettes supplémentaires pour financer sa politique et compenser la baisse des revenus de l’impôt, grevés par une consommation intérieure à un niveau historiquement bas. François Hollande s’est dit prêt à poursuivre les cessions « chaque fois que l’on peut baisser une participation pour avoir des recettes supplémentaires, à condition que ces recettes supplémentaires ne servent pas à payer des dépenses de fonctionnement ou des fonctionnaires ».

Fin mars, Bercy avait annoncé une réduction de sa participation au capital de l’équipementier aéronautique Safran, dont il reste le premier actionnaire, pour tirer partie de l’envol du titre en 2012. Il a en outre indiqué fin mai vouloir céder une partie de sa participation dans Aéroports de Paris (ADP), représentant jusqu’à 10 millions d’actions, tout en assurant qu’il allait conserver la majorité dans le capital de l’exploitant de Roissy et Orly.

Partager