L’AIE ampute ses prévisions à cause de la crise

2012-12-18T14:27:52+00:00

L’Agence internationale de l’Energie (AIE) a nettement abaissé ses prévisions de la demande mondiale de pétrole pour 2012 et 2013 à cause d’une croissance économique « molle », de prix élevés du baril et de la réduction des besoins en or noir de la Chine et des Etats-Unis. « La croissance économique molle pourrait restreindre la progression de la demande de pétrole à 0,9 million de barils par jour (Mb/j) en 2012 et 0,8 Mb/j en 2013, soit 0,3 Mb/j et 0,4 Mb/j de moins que la précédente prévision », estime-t-elle dans son dernier rapport mensuel. Selon ses nouvelles prévisions, la demande totale de brut dans le monde serait de 89,6 millions de barils par jour en 2012 et 90,5 millions en 2013, la hausse de la demande étant principalement portée par les pays émergents. Cette dégradation des perspectives des besoins pétroliers mondiaux s’accompagne d’une révision à la baisse de son estimation de la croissance de l’économie mondiale en 2013, à 3,6% (contre 3,8% jusqu’à présent), la prévision d’une progression de 3,3% cette année restant en revanche inchangée. De son côté, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a légèrement relevé sa prévision de demande mondiale de brut pour 2012, soutenue entre autres par la canicule dans certaines régions comme aux Etats-Unis, tandis que l’horizon pour 2013 reste « rempli de turbulences ». La chaleur estivale, en particulier aux Etats-Unis, conduit à une plus forte utilisation de carburant pétrolier par les centrales électriques, souligne le Cartel dans son dernier rapport mensuel. La demande mondiale de brut est désormais évaluée à 88,72 millions de barils par jour (mbj) pour 2012, une hausse de 0,04 mbj comparé à l’estimation de juillet. Pour 2013, l’Opep a gardé en revanche sa prévision de demande quasi inchangée, à 89,52 mbj, après 89,50 mbj en juillet. Mais une révision à la baisse de la prévision 2013 est plus probable qu’un relèvement, selon le rapport. « Il y a beaucoup d’incertitudes concernant l’estimation d’utilisation de pétrole dans le monde en 2013 », prévient l’Opep, s’inquiétant des perspectives de croissance économique mondiale.

Partager