Le cas Rhum arrangé ?

2013-09-25T19:14:07+00:00

Le cas du gisement Rhum, détenu à parts égales par British Petroleum (BP) et la National Iranian Oil Company (NIOC), est-il en passe de trouver une solution ? C’est ce qu’ont sous-entendu des journaux britanniques (Mail on Sunday et le Wall Street Journal) récemment, faisant état de négociations entre les gouvernements anglais et américain sur la question.

5,4 millions de m3/j

Le gisement Rhum a été mis en exploitation en 2005 avant que ses activités ne soient suspendues en octobre 2010 dans le cadre du renforcement des sanctions à l’encontre de l’Iran, et donc de sa compagnie publique NIOC. Un arrêt coûteux pour les deux parties puisqu’avec une production atteignant 5,4 millions de mètres cube par jour, Rhum a représenté jusqu’à 5 % de la production britannique de gaz naturel.

Le changement du gouvernement iranien s’est suivi de plusieurs tentatives de part et d’autres pour renouer le dialogue avec Téhéran sur son programme nucléaire. En cas de réchauffement diplomatique, la reprise de la production sur ce gisement de mer du Nord pourrait être envisagée.

Partager