Le plan de développement de Total se confirme

2013-09-23T11:20:58+00:00

La stratégie de développement global de Total se poursuit en 2013. A travers différentes annonces et interviews, la major française confirme ses ambitions dans les gaz et pétrole de schiste, et dans la distribution de carburants au Moyen-Orient pour ce qui est de l’aval.

Le pétrole de schiste en Russie

Dans une interview accordée mardi au quotidien russe Kommersant, Yves-Louis Darricarrère, directeur général de la branche Exploration & Production, estime que la Russie pourrait devenir un nouvel el dorado des hydrocarbures de roche-mère. « Nous nous intéressons aux nouvelles perspectives qui s’ouvrent en ce qui concerne le gaz de schiste et surtout au pétrole de schiste, dont les réserves en Russie sont potentiellement énormes. Selon nos estimations, au total, la part (des réserves de pétrole non-conventionnel) sera d’environ 15% de la production totale de pétrole d’ici la fin de la prochaine décennie », a-t-il expliqué, jugeant que sans cette production additionnelle, il ne sera « pas possible de satisfaire la demande croissante en pétrole dans le monde ».

En conséquence, et conformément aux usages en vigueur en Russie, le groupe français fait le tour des partenaires locaux potentiels pour développer le pétrole de schiste. « Une grande part des réserves de pétrole non-conventionnel en Russie se trouvent sur des zones où des licences ont déjà été attribuées à des producteurs d’hydrocarbures. C’est la raison pour laquelle nous examinons les possibilités d’exploiter de telles réserves avec différentes entreprises », a-t-il indiqué.

Croissance de la production de 3% par an

Cette stratégie s’inscrit dans l’objectif fixé par le Comex d’augmenter de 3% par an la production d’hydrocarbures d’ici à 2015. Un but réaffirmé par Christophe de Margerie le 18 septembre dans le Wall Street Journal ainsi que le programme visant à céder pour 15 à 20 milliards de dollars « d’actifs non-stratégiques » d’ici 2014. Des objectifs ambitieux qui ont suscité quelques doutes chez les analystes qui n’ont pas échappés au pdg de la major française : « Selon la façon dont le plan se déroule, et l’appétit des investisseurs, j’envisage de modifier cet objectif », a-t-il tempéré.

A fond sur la distribution

En revanche, Total ne faiblit pas dans sa campagne d’acquisition de réseaux de distribution de carburants au Moyen-Orient. La compagnie a ainsi confirmé à l’AFP le futur rachat des stations-services détenues par Chevron au Pakistan, en partenariat avec Parco, une co-entreprise entre le Pakistan (60%) et l’émirat d’Abou Dhabi (40%). La transaction, qui entraînera le doublement du réseau de Total dans le pays, concerne la vente au détail ainsi qu’aux entreprises et industriels, mais aussi des activités logistiques associées et la vente de carburants pour l’aviation, a précisé le groupe. Cette acquisition permettra à la compagnie française de disposer de 800 points de vente, le propulsant comme 3e réseau du pays derrière ceux de la compagnie publique PSO (Pakistan State Oil) et de l’anglo-néerlandaise Shell. Le montant et le calendrier de la transaction n’ont en revanche pas été dévoilés.

C’est la deuxième acquisition de stations-service au Moyen-Orient annoncée en moins d’un mois par Total, après celle du réseau de Chevron en Egypte (qui a elle-même fait suite à celle au printemps des stations égyptiennes de Shell). Un appétit à contre-courant des autres majors qui cherchent au contraire à réduire leur exposition à l’aval pétrolier. Mais ces rachats s’inscrivent dans une stratégie bien définie qui cible les pays émergents en forte croissance (alors que la demande de carburants stagne ou décline dans les économies développées), en cherchant à chaque fois à atteindre une taille critique qui lui permet de rentabiliser ses activités. Total est déjà leader en Afrique, et a fait du Moyen-Orient une zone de développement prioritaire.

Partager