Le totem gaz de schiste va-t-il tomber ?

2014-01-31T10:59:46+00:00

L’expression avait laissé songeurs certains observateurs. Le 24 janvier, Arnaud Montebourg affirmait vouloir « convaincre » François Hollande « d’avancer sur la recherche » de techniques « propres » pour « l’exploitation écologique » des hydrocarbures de roche-mère (voir ici). Un énième épisode du feuilleton français sur le gaz de schiste ? Peut-être pas. Le ministre du Redressement productif aurait fait travailler pendant un an une équipe d’experts « géologues, économistes publics et privés » pour développer une technique alternative à la fracturation hydraulique. Ces derniers auraient rendu leur rapport en décembre, selon le Canard enchaîné qui révèle l’information.

Simple comme du fluoropropane

couv rapport opcstL’équipe mise en place par Arnaud Montebourg se serait intéressée particulièrement à la fracturation au propane. Utilisée aux Etats-Unis et au Canada, cette technique avait été mentionnée dans le rapport de l’OPECST sur les techniques alternatives à la fracturation hydraulique comme « la solution de rechange la plus mature ». Néanmoins, elle présente d’autres inconvénients comme une forte propension à s’enflammer et l’utilisation « de quantités importantes (plusieurs centaines de tonnes) de propane inflammable en surface ». C’est pour cela que cette technique, utilisée notamment par EcorpStim, est plutôt adaptée à des environnements à faible densité de population.

A l’époque de la rédaction du rapport, les députés Bataille et Lenoir expliquaient que la société pétrolière cherchait à « proposer prochainement une technologie utilisant un fluide à base de propane mais non inflammable ». Cette solution serait le fluoropropane. Très semblable au propane, il aurait la particularité avantageuse de ne pas être inflammable ce qui supprimerait nombre de risques liés à son utilisation. Il est connu pour servir de propulseur aux inhalateurs pour asthmatiques. Il est néanmoins assez onéreux et son utilisation massive pourrait ne pas rendre rentable l’exploitation des gaz de schiste.

Une question de timing

Selon l’hebdomadaire satirique, le rapport sensé « convaincre » François Hollande serait sur le bureau du ministre du Redressement productif depuis décembre dernier. Il prévoirait 300 milliards d’euros de recettes sur 30 ans et quelque 250 000 emplois à la clé. Arnaud Montebourg le garderait au chaud pour ménager les susceptibilités des écologistes avant les élections municipales. De son côté, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a répété la ligne officielle : « Aujourd’hui, la seule technique connue pour exploiter le gaz de schiste est la fracturation, à laquelle reste opposée le gouvernement ». Et demain ?

Partager