Le Venezuela veut une réunion pour freiner la chute des cours

2014-10-13T18:30:32+00:00

Le Venezuela va demander une réunion extraordinaire des pays de l’OPEP pour tenter de mettre fin à la chute des prix du baril de pétrole observée ces derniers mois, a annoncé vendredi 10 octobre le ministre des Affaires étrangères, Rafael Ramirez, ancien président de PDVSA, rapporte le Bulletin de l’Industrie Pétrolière. « Nous devons coordonner une action pour freiner la chute des prix du pétrole », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Caracas. « Personne n’a intérêt à ce que le prix du pétrole tombe sous les 100 dollars le baril », a affirmé M. Ramirez, qui a précisé que la demande de réunion extraordinaire serait déposée lors d’une rencontre déjà programmée de l’OPEP le 27 novembre à son siège à Vienne, en Autriche. D’après lui, la baisse des prix est due à une surproduction des pays non-membres de l’OPEP, allusion au pétrole de schiste, dont les États-Unis sont le principal producteur mondial.

De son côté, le Koweït préfère attendre l’hiver qui pourrait favoriser la remontée des cours du pétrole « ou (maintenir) au moins leur niveau actuel », a déclaré dimanche 12 octobre Ali al-Omair, cité par l’agence officielle Kuna. Le prix du baril de pétrole ne devrait pas descendre en dessous de 76-77 dollars – ce qui correspond au coût de production en Russie et aux États-Unis -, a estimé le ministre. La baisse des cours du pétrole était attendue en raison des facteurs géopolitiques, mais aussi de l’augmentation des stocks et des prévisions négatives pour la croissance économique mondiale, a souligné M. al-Omair. Aussi, une réduction de la production de l’OPEP « ne stimulera pas forcément les prix » du pétrole en raison de l’important rendement d’autres producteurs, notamment la Russie et les États-Unis, a-t-il ajouté.

L’OPEP constate pour sa part que les prix du pétrole poursuivent leur chute en raison d’une faible demande et d’une offre abondante. Le cartel n’a pour l’instant pas montré de volonté claire de réduire son offre. Il a onfirmé vendredi sa prévision d’une hausse de la demande de 1,05 million de barils par jour cette année, à 91,19 mb/j, et de 1,19 mb/j en 2015, à 92,38 mb/j.

Source BIP N°12697

Partager