Les hydrocarbures de schiste seraient un dilemme en Colombie

2014-10-29T18:22:00+00:00

Quatrième producteur de brut d’Amérique latine, la Colombie affronte en ce moment le dilemme des hydrocarbures de schiste, rapporte l’AFP dans l’une de ses dépêches. La recherche de gisements non conventionnels constitue une « nécessité impérieuse et stratégique », a lancé le président de l’Association colombienne de pétrole (ACP), Francisco Lloreda, lors d’une récente conférence de presse à Bogota. « Nous avons seulement six ou sept ans de réserves. Si nous ne renversons pas la situation, cela va être une débâcle », a-t-il prédit. La Colombie, qui produit environ un million de barils par jour, dispose de réserves prouvées de quelque 2,4 milliards de barils. Mais selon l’ACP, le pays compte entre 500 millions et 3 milliards de barils non conventionnels. Devant l’effondrement du prix du brut qui pèse sur les finances colombiennes, ainsi que l’arrivée à maturation de nombre de puits, le pays devra, s’il veut se maintenir comme exportateur, recourir à l’exploitation des schistes bitumineux, ainsi qu’aux gisements off-shore selon un analyste cité. Les associations écologistes ne voient évidemment pas du même œil cette perspective, évoquant des risques de la fracturation hydraulique dans un pays à forte activité sismique. Une menace que le président de l’ACP minimise. « Si on fait bien les choses, les risques sont réduits au minimum », assure Francisco Lloreda.

Partager