Les investissements en E&P toujours en hausse

2013-10-21T11:51:35+00:00

L’IFPEN présentait le 18 octobre sa note annuelle sur les investissements mondiaux dans l’exploration et production. Comme en 2012, les investissements sont en augmentation de 11% et atteignent cette année les 694 milliards de dollars. Une croissance qui s’explique notamment par l’activité soutenue au Moyen-Orient (+21%) et en Europe (+20%). La zone Amérique du nord se stabilise avec une hausse modérée de 2%, mais qui s’explique par plusieurs années consécutives de forte croissance. Pour 2014, l’IFPEN prédit que les investissements devraient encore croître de 8% pour s’élever à 750 milliards de dollars.

Découvertes

Quelque 177 découvertes étaient comptabilisées en septembre 2013, soit cinq de plus que l’année précédente. Parmi les plus importantes, on peut noter des découvertes significatives en Irak, en Afrique de l’Est, au Kazakhstan, au Brésil (bassin de Santos) et au large du Canada vers Terre-Neuve. Le marché de la géophysique, évalué à 18 milliards de dollars, s’est donc bien porté, en hausse de 12% par rapport à 2012. La méditerranée a été la zone qui a vu son activité le plus augmentée en valeur relative (+100%) suivie de l’Asie du sud-est (+22%) et de l’Afrique de l’Ouest (+12%).

Forage et construction offshore

IFPEN comptabilise en 2013 quelque 104 000 puits actifs sur terre et 3 700 en mer. Ces derniers sont en hausse de 9%, une croissance qui s’observent partout dans le monde, sauf en Afrique où certains projets ont subi des retards. Le marché du forage, incluant les équipements et services au puits, s’élève à 250 milliards de dollars, soit 9% de plus que l’année précédente. Selon les prévisions, ce marché devrait réduire sa progression en 2014, à +6% tout de même.

La construction offshore (plateformes et subsea) a cumulé un chiffre d’affaires de plus de 60 milliards de dollars en 2013 (+12%), notamment en Amérique latine et en région Asie-Pacifique. C’est un marché dont les coûts ont fortement augmenté en raison de la complexité accrue des projets et des difficultés liés au « local content ». Pour 2014, la progression devrait être limitée à 6%.

Raffinage

2013 annonce une reprise des projets de raffinage mis en stand by les années précédentes. La hausse reste modérée (+5%) mais les nouveaux projets représentent 9% de la capacité installée mondiale. L’Asie, à elle seule, cumule 43% des projets dans le monde. L’Europe et l’Afrique restent quant à elles fortement déprimées. Cette reprise de l’activité de raffinage devrait mécaniquement augmenter les surcapacités de production. Estimées à 2,6 Mbj aujourd’hui, elles pourraient passer à 6,6 Mbj en 2020.

Parapétrolier

Enfin, Jean Ropers, président du GEP-AFTP, a présenté les résultats de son étude annuelle. L’industrie parapétrolière française a engrangé 35 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2012, dont 82% par seulement 35 grandes entreprises du secteur, qui  représente quelque 60 000 emplois directs dans le pays.

 

Partager