Les oligarques russes prennent les devants face au risque de sanction

2014-03-27T11:22:11+00:00

Une course est en train de se jouer entre les oligarques russes et le Trésor américain pour prendre ou garder le contrôle d’actifs valant plusieurs milliards de dollars. Face au risque de gel de leurs actifs, les hauts-dignitaires et hommes d’affaires russes s’organisent. Le milliardaire russe Guennadi Timtchenko, réputé proche du président Vladimir Poutine, a ainsi vendu l’ensemble de ses parts dans la société suisse de négoce d’hydrocarbures Gunvor un jour avant d’être sanctionné par Washington, a indiqué l’entreprise jeudi dans un communiqué de 6 lignes.

Gunvor poursuit ses activités

Sixième fortune de Russie selon le magazine Forbes avec 15 milliards de dollars, Guennadi Timtchenko, 61 ans, a vendu mercredi la totalité de ses actions dans cette société qu’il a co-fondée en 2000, « anticipant de potentielles sanctions économiques », a annoncé la société. Or jeudi, le Trésor américain a placé l’homme d’affaires et des proches du président Poutine sur une liste noire établie en représailles à l’absorption de la région ukrainienne de Crimée par la Russie. Le ministère américain a affirmé dans un communiqué que les activités de Guennadi Timtchenko dans le secteur de l’énergie « sont directement liées » au président russe. Les éventuels avoirs aux Etats-Unis du co-fondateur de Gunvor sont désormais gelés.

En détaillant ses sanctions, le Trésor américain avait par ailleurs affirmé que le président Poutine lui-même avait « des investissements » dans la société Gunvor. Or la société suisse a catégoriquement démenti cette affirmation sur son compte Twitter. « Le président Poutine (…) n’est pas un bénéficiaire de Gunvor ou de ses activités », a affirmé la société jeudi après midi. Selon elle, Torbjorn Törnqvist serait devenu l’actionnaire majoritaire de la société avec 87% des parts, le solde étant détenu par « d’anciens salariés ». Gunvor précise que cette opération a permis à la société basée à Genève de pouvoir poursuivre ses opérations sans être entravée par d’éventuelles sanctions, ce qu’a confirmé une porte-parole du Trésor américain. Gunvor commercialise du brut russe, ses bureaux de trading sont installés à Genève. En 2012, ses revenus avaient été supérieurs à 90 milliards de dollars, ce qui en fait une plus importantes sociétés de négoce de matières premières dans le monde.

Partager