Les prix de l’électricité en hausse de 5%

2013-07-09T17:13:56+00:00

Le ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie a finalement tranché. Dans un communiqué publié lundi en fin de journée, il annonce que les tarifs régulés de l’électricité pour les ménages augmenteront de 5 % au 1er août 2013 et une nouvelle fois de 5% au 1er août 2014. C’est la hausse la plus sensible du prix des électrons en France depuis les dernières années, et pourtant toujours insuffisante par rapport aux recommandations de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE).

28% de hausse depuis 2006

Le ministère justifie ces hausses par la nécessaire couverture des coûts de production d’EDF, sous-estimés depuis des années, et irrémédiablement destinés à s’élever en raison des contraintes toujours plus grandes sur la sûreté nucléaire et des investissements pour prolonger la durée de vie des centrales. Dans un rapport rendu public en juin dernier, la CRE avait jeté un pavé dans la mare en réclamant dès cet été d’augmenter les tarifs de 9,6% ou 6,8% (respectivement sans ou avec une hypothèse d’un allongement comptable de 10 ans de la durée d’amortissement des centrales nucléaires en 2013), puis d’environ 3,2% en 2014 et 2015 (voir notre article). Alors ministre de l’Energie, Delphine Batho s’était prononcée contre une telle hausse « pour sauvegarder le pouvoir d’achat des Français ».

En choisissant de ne suivre que partiellement les recommandations du Régulateur, « le gouvernement a décidé de lisser, sur plusieurs années, les hausses de tarifs nécessaires à la couverture des coûts d’EDF, prévue par la loi, afin de protéger autant que possible le pouvoir d’achat des ménages », a souligné le nouveau ministre de l’Energie Philippe Martin. Il n’en reste pas moins que le pouvoir socialiste semble s’être décidé à entendre les arguments d’EDF (et de ses concurrents), qui porte dans ses comptes juste pour l’année 2012, une différence de 1,47 milliard d’euros. Les gouvernements précédents s’étaient montrés bien plus frileux. Depuis 2006, après deux années de prix inchangés en 2004 et 2005, le tarif réglementé de l’électricité a certes augmenté chaque année, mais dans des proportions comprises entre 1,1 et 3%, rappelle l’AFP. Au total, en sept ans, le tarif de l’électricité a augmenté de 14,1%, selon les chiffres de la CRE, soit bien moins que ce qui était nécessaire.

Pour limiter la note, le gouvernement a également décidé d’un geste envers les petits consommateurs en révisant à la baisse le coût des abonnements de faible puissance (3 kVa et 6 kVa) auxquels souscrivent une majorité de Français. Un coup de pouce compensé par la hausse continue depuis 2011 de la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE) entraînant une progression de près de 9% du prix final payé par le consommateur. Au final, cette hausse correspond aux propositions du Médiateur de l’Energie, chargé de protéger les consommateurs d’électricité et du gaz. La modification tarifaire reste encore soumise à l’avis consultatif de la CRE et du Conseil Supérieur de l’Energie, saisis ce mardi.

Partager