L’Etat baisse dans GDF Suez pour monter dans Alstom

2014-06-27T14:23:47+00:00

La rumeur courait depuis plusieurs semaines et encore plus intensément depuis l’annonce de l’entrée de l’Etat au capital d’Alstom. Le gouvernement a décidé de vendre entre 3,1 et 3,6% du capital de GDF Suez pour financer l’opération. La transaction, annoncée mardi soir, devrait rapporter entre 1,56 et 1,8 milliards d’euros, soit proche des 1,7 à 2 milliards que devraient représenter les 20% d’Alstom.

Vote double

Avec cette cession, l’Etat qui disposait de 36,7% du groupe dirigé par Gérard Mestrallet prend le risque de passer sous la barre des 33,3% imposée par la loi. Mais les titres de l’Etat ont un vote double qui lui permet de garder le contrôle de l’énergéticien. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, avait annoncé une « gestion dynamique » des participations publiques dans les entreprises conduisant à des cessions et acquisitions. D’aucuns imaginaient cependant davantage une cession dans EDF dans lequel l’Etat est très largement majoritaire (84,5%) mais les récentes performances boursières de la compagnie présidée par Henri Proglio auront pu dissuader Bercy. Estimé à 20,8 euros à la clôture hier, le titre de GDF Suez est à son plus haut niveau depuis février 2012 mais loin de ses pics de janvier 2012 à 33 euros.

 

Partager