Levée partielle des sanctions sur l’industrie pétrolière

2013-11-26T09:25:13+00:00

L’accord obtenu dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 novembre entre l’Iran et le groupe des « 5+1″(la Chine, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et l’Allemagne) sur le programme nucléaire de Téhéran va conduire à une levée partielle des sanctions qui touchaient son industrie pétrolière et gazière. Les Occidentaux obtiennent quant à eux que l’Iran n’enrichisse pas son stock d’uranium à plus de 5% dans les six prochains mois et que des inspecteurs de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) puissent inspecter sans préavis les installations nucléaires iraniennes.

Un test de six mois

Cet accord, que certains commentateurs qualifient d’ores et déjà d’historique, n’est qu’une première étape vers un accord global plus ambitieux. Il a vocation à tester la bonne foi du régime de Téhéran et de réduire l’impact des sanctions qui se sont traduites par une récession économique de 5% en 2012. L’Iran obtient le plus important à court terme : une levée partielle des sanctions permettant d’exporter des volumes de brut contractés et de rapatrier les devises associées. Les restrictions sur le transport et l’assurance des cargaisons, qui compliquaient sérieusement le commerce avec l’Iran, seront également suspendues. Enfin, les sanctions touchant les exportations pétrochimiques et les métaux précieux vont également être levées pendant ces six mois. Si dans cet intervalle les engagements sont tenus par les deux parties, une négociation sera engagée pour parvenir à un accord complet.

Partager