L’inspection du Travail fait reporter l’introduction de la cuve

2013-12-19T10:10:28+00:00

L’introduction de la cuve du réacteur EPR de Flamanville prévue pour la semaine du 16 décembre 2013, a été repoussée en raison d’une mise en demeure d’EDF par le ministère du Travail pour non respect des principes généraux de prévention. L’électricien a confirmé l’information révélée par Mediapart expliquant que « depuis plus de 2 mois, cette phase a donné lieu à de nombreux échanges avec l’inspection du travail, des réunions, des courriers et des inspections ».

Chariots non-conformes

Pose du dôme de l'EPR de Flamanville le 16 juillet 2013. © EDF - Alexis Morin

Pose du dôme de l’EPR de Flamanville le 16 juillet 2013. © EDF – Alexis Morin

Le ministère du Travail reproche à EDF de ne pas avoir mis en conformité deux chariots additionnels installés sur le pont polaire pour permettre de lever les lourdes charges (>500 tonnes) que sont la cuve ou les générateurs de vapeur. La découverte a été faite par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le 25 octobre dernier dans le cadre d’une inspection suite à la chute de plus de 20 mètres d’une pièce de ce même chariot. L’incident n’avait fait aucune victime.

L’installation des gros composants étant conditionnée à la remise du rapport définitif de conformité, ces opérations sont pour l’instant suspendues. EDF explique qu’il « répondra point par point aux demandes exprimées par l’inspection du travail et transmettra le rapport définitif de conformité réglementaire des équipements, dans les meilleurs délais ». Le groupe dirigé par Henri Proglio prévoit toujours d’installer ces équipements cet hiver.

De son côté, l’Autorité de sûreté nucléaire a confirmé sa demande de mise en conformité dans un communiqué daté du 17 décembre : « L’ASN a  formellement demandé à EDF de remédier aux non-conformités rencontrées sur ces matériels avant toute utilisation pour la manutention des gros équipements ». Une exigence qui s’étend au-delà du chantier de Flamanville puisque « des matériels de manutention similaires sont utilisés dans les centrales nucléaires en fonctionnement, pour des opérations de maintenance exceptionnelles comme les remplacements de générateurs de vapeur. L’ASN a donc demandé à EDF, de la même manière, d’identifier les non-conformités qui pourraient concerner ces appareils et d’y remédier le cas échéant avant toute manutention de gros équipements », explique l’autorité présidée par Pierre-Franck Chevet.

Partager