L’Opep reconduit son plafond et son secrétaire général

2013-12-09T11:37:49+00:00

L’Organisation de pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé mercredi à Vienne de maintenir son plafond de production à 30 millions de barils jour (Mbj) et de reconduire Abdallah El-Badri au poste de secrétaire général. « 30 millions de barils par jour est la production totale approuvée pour l’Opep pour 2014 », a déclaré le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namadar Zanganeh à la sortie de la réunion. La production est fixée à ce niveau depuis décembre 2011. Les analystes sont divisés sur l’impact d’une telle décision sur les cours du baril.

L’Opep confiant dans la demande

(c) OPEP

(c) OPEP

La décision de l’Opep était attendue avec impatience en raison des bouleversements que connaît le marché pétrolier mondial. En maintenant sa production à son niveau actuel, l’organisation montre sa confiance dans la croissance de la demande mondiale : « Nous savons que la demande est bonne, que la croissance économique est bonne, que l’offre est bonne, pourquoi abaisser ? », s’interrogeait le ministre saoudien du Pétrole Ali Al-Nouaïmi. Pourtant, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la demande mondiale d’or noir ne devrait augmenter « que » d’un million de baril jour l’année prochaine. Or, la production de pétrole devrait croître davantage, notamment en raison des huiles de schiste en Amérique du nord. De fait, des doutes émergent sur la capacité de l’Opep a maintenir un prix du baril à 100 dollars, niveau qu’elle considère « idéal ».

Outre le surcroit d’offre venu d’Amérique du nord, l’Opep devra également composer avec les productions de ses membres. L’année 2014 pourrait ainsi se caractériser par une hausse des exportations de l’Irak (3,4 Mbj contre 2,3 Mbj en novembre) et de l’Iran en raison du réchauffement des relations diplomatiques de la République islamique avec la communauté internationale. La Libye, elle aussi, vise un retour à la normale mais sa capacité à retrouver le marché internationale est encore très incertaine en raison du chaos politique qui règne dans le pays.

Partager