L’UE va taxer le biodiesel argentin et indonésien

2013-10-28T12:17:10+00:00

Les pays de l’Union Européenne ont approuvé mardi la proposition de la Commission de taxer sévèrement les producteurs argentins et indonésiens de biocarburants, accusés de dumping et déjà soumis à des taxes provisoires sur le Vieux continent. Cette procédure fait suite à une plainte déposée le 17 juillet 2012 par le Bureau européen du biodiesel (EEB, en initiales anglaises) auprès de la Commission accusant ces deux pays de concurrence déloyale. Ils pratiqueraient des taxes sur les biodiesels inférieurs à celles appliquées aux matières premières utilisées pour leur production de soja et d’huile de palme.

Recours à l’OMC ?

Cette différence de taxation aurait fortement pénalisé l’industrie européenne du biodiesel. Selon selon le baromètre EurObserv’ER 2012, la production européenne de biodiesel a ainsi chuté de 8% en 2011, à 8,8 millions de tonnes contre 9,57 millions en 2010. Parallèlement, les importations provenant d’Argentine et d’Indonésie ont en revanche augmenté pour atteindre 2,6 millions de tonnes en 2011, contre 1,9 million de tonnes en 2010. Des importations qui ont provoqué la faillite de plusieurs producteurs européens, selon l’EEB.

La Commission envisage d’imposer une taxe comprise entre 22% et 25% aux importations de biodiesel argentin, contre 8% en moyenne actuellement. L’entrée en vigueur est prévue le 28 novembre prochain. Les industriels argentins démentent de leur côté tout dumping et dénoncent « un protectionnisme ». « L’application de cette mesure provoquerait l’effondrement de l’industrie argentine de biodiesel, et aurait des répercussions sur toute la filière soja », avait alerté récemment la Chambre argentine des biocarburants (CARBIO).L’Argentine est le premier producteur mondial de biodiesel, fabriqué à base d’huile de soja, avec une production de 2,5 millions de tonnes en 2012 (1,8 milliard de dollars), dont 1,6 à l’export, devant l’Indonésie et la Malaisie qui élaborent un biodiesel à base d’huile de palme, rappelle l’AFP.

Partager