Maurel & Prom réduit fortement son programme d’exploration

2015-03-27T17:23:13+00:00

MAUREL&PROM Pipe Rack Tank FarmLe groupe pétrolier Maurel & Prom, dont le résultat net a chuté de 79 % à 13,2 millions d’euros en 2014, a annoncé la mise en place « d’une stratégie d’adaptation ». Objectif : « préserver sa santé financière pour mieux tirer parti des opportunités de croissance externe qu’un environnement dégradé de l’industrie pétrolière pourrait offrir », a indiqué son président Jean-François Hénin. Dans cette perspective, le budget d’exploration passera à 44 millions d’euros cette année contre 118 millions d’euros l’année dernière (- 63 %).

Le contexte économique chahuté par la baisse des prix du pétrole qui pèse sur la rentabilité opérationnelle du groupe (nous) « a conduit à prendre des mesures pour pérenniser la performance et donc la valeur de la société », a indiqué le président de Maurel & Prom, le jeudi 26 mars, lors de la présentation des résultats du groupe. En 2014, l’opérateur pétrolier a réalisé un chiffre d’affaires en baisse de 4 % à 550,4 millions d’euros.

« Nous nous concentrons désormais sur les actifs à fort potentiel, à savoir les actifs déjà en production ainsi que le développement des deux découvertes effectuées au Gabon, et sur les actifs gaziers en Tanzanie dont la contribution au cash-flow est attendue dès 2015 », a précisé Jean-François Hénin. Ces investissements de développement et de production représenteront 186 millions d’euros, contre 207 millions d’euros en 2014.

Cependant, « dans le contexte économique actuel, des fermetures et/ou la cession de certaines filiales ou participations minoritaires du groupe sont à l’étude », ajoute Maurel & Prom dans son communiqué. Dans le même esprit, le budget de l’activité exploration a été réduit de 63 % à 44 millions d’euros, contre 118 millions d’euros en 2014. Il s’agit de répondre « aux travaux obligatoires à effectuer sur certains permis afin de les conserver ainsi qu’aux travaux engagés dans le but de valoriser le domaine minier, notamment au Gabon, suite à de récentes découvertes« .

Jean-François Hénin a également souligné que la situation financière difficile de certaines compagnies pétrolières pourraient les contraindre à se séparer d’actifs, « ce qui pourrait créer des opportunités intéressantes pour le groupe ». Estimant que le retour sur l’acquisition d’actifs existants serait certainement meilleur que dans le développement de nouveaux champs, le président de Maurel & Prom a indiqué que son groupe pourrait envisager des acquisitions au Nigeria, au Venezuela et au Mexique.

Image : Maurel & Prom (test de production en Alberta)

 

Partager