Norvège : les partenaires de Johan Sverdrup lancent la phase 2 du projet

2017-03-27T11:16:18+00:00

Statoil a annoncé le lancement de la deuxième phase du développement de Johan Sverdrup pour laquelle trois contrats FEED viennent d’être attribués à Aker Solutions, Kvæner et Siemens. Les Capex de cette phase ont été sensiblement réduits.

Situé en mer du Nord norvégienne, à 155 km de Stavanger, le gisement de Johan Sverdrup devrait produire jusqu’à 660 000 bep/j au plus fort de son développement, en 2022, ce qui représente 40 % de la production pétrolière actuelle du pays.

La phase 1 du projet est en cours de développement et la première huile est prévue pour 2019, rappelle Statoil dans un communiqué publié le 21 mars 2017.

Les Capex pour la phase 2, qui devrait entrer en service en 2022, sont estimées désormais à entre 40 et 55  milliards de couronnes (entre 4,4 et 6 mrds€), soit près de la moitié par rapport aux estimations précédentes.

« La qualité de la phase 1 et les travaux d’optimisation que nous avons réalisés avec nos partenaires et fournisseurs pour la phase 2 ont permis d’améliorer la rentabilité », commente Kjetel Digre, directeur du projet Johan Sverdrup chez Statoil. « Le prix d’équilibre pour (ce) développement est maintenant inférieur à 25 dollars par baril avec un taux de récupération de 70 % ».

Trois contrats FEED ont été attribués : à Aker Solutions pour la plateforme de traitement, à Kvæner pour le jacket, et à Siemens pour l’alimentation électrique depuis le rivage.

La phase 2 de Johan Sverdrup comprend également le développement des zones satellites Avaldsnes (est), Kvitsøy (sud) et Geitungen (nord), qui seront mises en œuvre progressivement, précise Statoil. 28 nouveaux puits devraient être forés.

Outre Statoil, opérateur avec 40 % des parts, le projet de Johan Sverdrup regroupe le suédois Lunfin (22,60 %), les norvégien Petoro (17,36 %) et Aker BP (11,57 %), et le danois Maersk (8,44 %).

Image : Statoil/plateforme d’habitation du projet phase 1 (vue d’artiste)

Partager