OpenHydro va poser ses hydroliennes au Canada

2014-04-02T10:31:05+00:00

La société OpenHydro, filiale de DCNS spécialisée dans les énergies renouvelables marines, a annoncé le 28 mars qu’elle avait été sélectionnée par le ministère de l’Energie de Nouvelle-Ecosse, au Canada, pour la réalisation d’une ferme pilote d’hydroliennes. OpenHydro a remporté l’appel d’offres pour l’installation de ses machines sur le site expérimental du Centre de recherche FORCE (Fundy Ocean Research Centre for Energy) autour de la Baie de Fundy.

Objectif 300 MW ?

(c) Open Hydro

(c) Open Hydro

La ferme pilote cumulera une puissance de 4 MW et sera intégralement raccordée au réseau électrique en 2015 selon DCNS. Le parc sera composé de deux turbines de 16 mètres (2 MW) et devrait fournir de l’électricité à plus de 1 000 habitants de la Nouvelle-Ecosse. Le projet sera réalisé par un consortium dirigé par OpenHydro conjointement avec la société d’énergie Emera basée en Nouvelle-Ecosse. Les principaux partenaires industriels régionaux qui prendront part au projet sont Irving Shipbuilding, Irving Equipment et Atlantic Towing. Le consortium souhaite développer une filière industrielle d’hydroliennes dans la région et a un ambitieux objectif de réaliser à terme une ferme commerciale de 300 MW. OpenHydro et les partenaires du consortium vont désormais engager la mise en œuvre de leur plan et commencer le cycle d’approvisionnement des équipements avant le déploiement de la ferme pilote en 2015.

La filiale de la DCNS qui travaille déjà en France à un projet pilote avec EDF au large de l’île de Bréhat (Côtes d’Armor), est également en lice pour l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) lancé en septembre 2013 par François Hollande. L’AMI prévoit l’installation de trois ou quatre fermes, comprenant chacune 5 à 10 machines, sur deux sites : le raz Blanchard, au large du Cotentin, et le passage du Fromveur, à la pointe du Finistère. DCNS aura comme probable concurrents Alstom qui teste une machine de 1 MW et Sabella, une société spécialisée de Quimper. Son hydrolienne « D10 » devrait être construite en octobre prochain après un an de retard pour cause de difficultés de financement. Les sociétés lauréates de l’AMI seront subventionnées par l’Etat à hauteur de 30 millions d’euros et bénéficieront d’un tarif d’achat de 173 €/MWh. L’appel à manifestation d’intérêt sera clôturé le 25 avril prochain. L’énergie des marée représente un potentiel de 3 GW en France (75 à 100 GW dans le monde) et à l’avantage d’être prédictible, contrairement au solaire ou l’éolien.

Partager