Ouganda : Total devient majoritaire dans le projet du Lac Albert pour 900 M$

2017-01-16T19:18:40+00:00

Total Anvers / Ed Alcock / MYOP DiffusionTotal a annoncé l’acquisition auprès de Tullow d’une participation supplémentaire de 21,57 % dans le projet de production pétrolière du Lac Albert. A l’issue de cette opération, le groupe français détiendra un intérêt de 54,9 % et renforcera ainsi « sa participation dans ce projet compétitif, ouvrant la voie à la possibilité de l’approuver dans un futur proche », a-t-il expliqué.

Ce projet, détenu actuellement à parts égales (33 %) par Tullow, Total et le chinois CNOOC, est composé des licences EA1, EA1A, EA2 et EA3A. Le groupe français, déjà opérateur des licences EA1 et EA1A, deviendra en outre l’opérateur de la licence EA2, à la place de Tullow, « ce qui permettra d’obtenir des gains significatifs en terme d’efficacité de projet et de synergies« , précise Total dans un communiqué publié le 9 janvier 2017.

Le montant global de la transaction représente le remboursement d’une part des coûts passés encourus par Tullow, et qui sera payable en plusieurs échéances, à mesure que le projet sera développé. Un premier paiement de 100 millions de dollars sera effectué à la clôture de la transaction.

« Survenant dans la foulée de la décision relative au tracé du pipeline d’export via la Tanzanie, cette transaction conforte Total dans sa position de leader de ce projet et va nous permettre de le faire progresser efficacement en vue d’une décision définitive dans les meilleurs délais pour tirer parti du contexte favorable en terme de coûts de développement », a commenté Patrick Pouyanné, pdg de Total, dans le communiqué déjà cité.

C’est « une excellente opportunité de création de valeur et  constitue une opération en ligne à notre stratégie d’acquérir des ressources pour moins de 3 dollars par baril, avec un potentiel important », a poursuivi le dirigeant.

Le gouvernement ougandais avait décidé, en avril 2016, que le pétrole du Lac Albert serait exporté à travers un pipeline (EACOP) passant par la Tanzanie, avec pour débouché le port de Tanga. Les partenaires de la joint-venture du projet ougandais ont lancé les travaux d’ingénierie (FEED) de la partie amont du projet ainsi que du pipeline.

Image : Total

 

Partager