Pétrole : un prix d’équilibre entre 50 et 70 dollars le baril en 2015, selon IFPEN

2015-02-03T16:00:45+00:00

 » On peut estimer que le prix d’équilibre en 2015 pour éliminer les excédents est situé entre 50 et 70 dollars par baril », a déclaré ce matin le président de l’IFPEN, Olivier Appert, n’excluant toutefois pas que les cours continuent à évoluer plus bas que la fourchette évoquée, du moins à court terme.

Après trois ans de relative stabilité dans une fourchette de 100 à 120 dollars/baril, le prix du brut a été divisé par deux en six mois », a rappelé Olivier Appert. Au-delà de la faiblesse de la demande dans une économie mondiale atone, face à une abondance de l’offre alimentée par la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis, on constate également que les acteurs du marché « semblent ignorer les facteurs liés aux tensions géopolitiques au Moyen-Orient », analyse le président de l’institut de recherche. A contexte équivalent, l’excédent de production « pourrait atteindre et dépasser les 5 millions de barils/jour en 2015″, poursuit-il.

Bien évidemment, cette baisse drastique des prix, impacte fortement non seulement les économies des pays producteurs, « notamment des pays comme le Nigeria, le Venezuela ou encore l’Algérie », mais également les niveaux d’activité des compagnies pétrolières, « notamment les indépendants »,  qui ont annoncé une réduction de leurs investissements de -10 % à – 50 %, selon les entreprises.

Pour ce qui est de la seule activité E&P, la baisse des dépenses se situerait, au global, entre 10 et 20 %. Pour rappel, le groupe Total a annoncé pour sa part une réduction de ses dépenses d’exploration de 30 % pour cette année 2015. Aux Etats-Unis, où les coûts de production du pétrole de schiste sont plus élevés, la baisse des dépenses d’E&P pourrait atteindre 20 à 40 %.

De leur côté, les pays consommateurs tirent bénéfice de la situation. Ainsi, avec un prix moyen du brut à 60 dollars/baril, la facture pétrolière et gazière de la France pourrait baisser de 15 milliards d’euros(soit – 28 % par rapport à 2014), ce qui représente 0,7 % du PIB.

 

 

 

 

 

 

 

Partager